Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Après la crise du Covid-19, la SNCF promet "des prix accessibles" pour les TGV

Après la crise du Covid-19, la SNCF promet "des prix accessibles" pour les TGV

"J'en ai assez que l'on associe 'TGV cher' à 'SNCF'", a confié le PDG de l'entreprise ferroviaire Jean-Pierre Farandou...

Après la crise du Covid-19, la SNCF promet 'des prix accessibles' pour les TGV
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La SNCF part à la reconquête de ses clients !... Durement touchée par l'épidémie de Covid-19, la compagnie ferroviaire compte proposer des prix "accessibles" pour ses TGV après la crise, a indiqué son PDG Jean-Pierre Farandou dans un entretien au 'Figaro'.

"En sortie de crise, tout le monde va avoir des problèmes de pouvoir d'achat... Nous voulons retrouver des voyageurs en nombre et nous devons leur offrir des prix accessibles", a-t-il expliqué, ajoutant vouloir ainsi une "tarification plus lisible, plus simple et plus accessible".

"J'en ai assez que l'on associe 'TGV cher' à 'SNCF'. Ce n'est pas vrai, mais l'image est là", a confié le patron de l'entreprise ferroviaire. "Pour avoir une politique de prix accessibles, il nous faut impérativement baisser nos coûts de production", a-t-il insisté...

"L'année sera évidemment très mauvaise"

"C'est faisable grâce, notamment, à la maintenance prédictive et à la digitalisation industrielle, qui nous permettront de mieux utiliser nos trains", selon Jean-Pierre Farandou, qui prévient que "l'année sera évidemment très mauvaise" pour la SNCF.

"Fin septembre l'écart de chiffre d'affaires était de 5 milliards d'euros par rapport au budget. La perte de marge opérationnelle était de 4 milliards d'euros", chiffre-t-il. Le PDG de la SNCF n'a toutefois pas encore de projections sur les conséquences du reconfinement, rappelant que "lors du premier confinement, 7% des TGV circulaient. Cette fois, 30% des TGV circulent, dont 30% à 40% des sièges sont occupés".

Une recapitalisation pas "à l'ordre du jour"

Il précise que le groupe ferroviaire a réussi à économiser 1.5 milliards d'euros suite au chômage partiel et aux restrictions budgétaires et explique que "les recrutements ont été poursuivis avec 4.000 personnes en CDI en 2020. L'an dernier, nous en avions recruté 5.000".

Alors que le gouvernement est aussi venu en aide à la SNCF, une recapitalisation "n'est pas, à ce stade, à l'ordre du jour", a par ailleurs indiqué Jean-Pierre Farandou. "L'Etat décidera en 2021 s'il veut ou peut intervenir sur le capital de l'entreprise", a-t-il ajouté...

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !