»
»
»
Consultation

Alimentation : pourquoi certains produits sont vendus plus chers à partir du 1er février...

Alimentation : pourquoi certains produits sont vendus plus chers à partir du 1er février...

Le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation tente de rassurer, alors que le relèvement du seuil de revente à perte (SRP) dans la distribution démarre vendredi.

Alimentation : pourquoi certains produits sont vendus plus chers à partir du 1er février...
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La note va grimper dans les supermarchés à partir du 1er février ! Le relèvement du seuil de revente à perte (SRP) dans la distribution devrait conduire à une hausse des tarifs sur 4% des produits alimentaires de grande consommation, a admis le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation...

"Il y a 4% des produits qui vont augmenter beaucoup, je le regrette, j'aurais préféré que ça se fasse différemment", a-t-il déclaré sur franceinfo, réagissant aux chiffres du 'Parisien'.

Le quotidien estime à 6% la hausse moyenne sur une sélection de 24 produits de grandes marques (Nutella, Camembert Président, Ricard, Chocapic...), citant un "distributeur anonyme".

Le ministre relativise

"C'est 500 produits sur 13.000 dans les supermarchés et 800 produits sur 20.000 dans les hypermarchés", a relativisé Didier Guillaume, soulignant l'étroitesse du panier sélectionné. "Ce qui m'importe, c'est que sur l'ensemble des marques distributeurs, les agriculteurs s'y retrouvent et les consommateurs s'y retrouvent."

Au final, le panier moyen mensuel des Français dans la grande distribution n'augmentera que de 50 centimes avec l'entrée en vigueur de dispositions de cette loi Egalim encadrant les promotions dans l'alimentation, selon le ministre. L'objectif est de rééquilibrer les relations entre agriculteurs, industriels et distributeurs pour assurer aux premiers un revenu "digne".

Vaste farce ?

Mais cette nouveauté n'est pas du goût des associations de défense des consommateurs. "C'est une vaste entourloupe... On culpabilise le consommateur en lui disant qu'il n'achète pas assez cher, on organise des marges supplémentaires pour la grande distribution, et puis par un effet miracle on espère que le revenu agricole va s'améliorer... C'est une vaste farce, il y aurait de quoi en rire si ce n'était pas au détriment des consommateurs", a réagi sur LCI Alain Bazot, le président de l'UFC-Que Choisir.

Selon le calendrier du texte adopté en octobre, le seuil de revente à perte doit être relevé de 10% à compter du premier février 2019 par décret ; l'encadrement des promotions en valeur à hauteur de 34% est effectif depuis le 1er janvier et l'encadrement en volume à hauteur de 25% se fera à partir du premier mars.

L'encadrement des promotions est une expérimentation qui a été faite pour deux ans, a rappelé Didier Guillaume : "Nous ferons une étude dans deux ans, on verra, mais moi je pense que ça va marcher".

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com