»
»
»
Consultation

Air France : Laurent Berger dénonce une "prise en otage" !

Air France : Laurent Berger dénonce une "prise en otage" !

"On a un syndicat majoritaire de pilotes qui s'appelle le SNPL (Syndicat national des pilotes de ligne), qui prend tout le monde en otage", a déclaré le secrétaire général de la CFDT

Air France : Laurent Berger dénonce une 'prise en otage' !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, a appelé ses membres à voter pour la fin du conflit chez Air France et a dénoncé une "prise en otage" de la compagnie par le syndicat de pilotes majoritaire menant le mouvement...

"On a un syndicat majoritaire de pilotes qui s'appelle le SNPL (Syndicat national des pilotes de ligne), qui prend tout le monde en otage", a déclaré Laurent Berger au Grand Rendez-vous Europe 1-Les Echos-CNews... "Et ça va se passer comment à la fin, si on suit le SNPL? ... les pilotes, on va leur donner de quoi s'en sortir et puis le personnel au sol, il trinquera... On aura des suppressions d'effectifs, on aura des réductions de personnel !"

Une facture de 300 ME

Une grève intermittente pour demander une hausse des salaires est organisée par 10 organisations de pilotes, hôtesses, stewards et personnels à Air France depuis le 22 février dernier... Un conflit qui a déjà coûté environ 300 millions d'euros à l'entreprise, estime la direction.

L'intersyndicale a annoncé quatre nouvelles journées de débrayage les 3, 4, 7 et 8 mai prochains.

Grande difficulté

La CFDT, premier syndicat d'Air France pour le personnel au sol, ne fait pas partie de l'intersyndicale car elle a déjà négocié un accord salarial dans l'entreprise, a encore expliqué Laurent Berger... Mais il estime que ce mouvement met en "grande difficulté" la compagnie aérienne qui fait déjà face "une concurrence énorme".

Jean-Marc Janaillac, PDG de la maison mère Air France-KLM, a proposé une augmentation de 2% des salaires en 2018 puis une hausse de 5% sur les trois années suivantes. Devant la persistance du blocage, il a annoncé le 20 avril le lancement d'une consultation de tous les salariés au sujet de son offre en mettant sa démission dans la balance.

Le Premier ministre Edouard Philippe a salué la position "courageuse" du PDG d'Air France et a appelé à la responsabilité.

Situation destructrice

"J'adresse une nouvelle fois toutes nos excuses aux clients impactés par les grèves. Elles sont d'autant plus incompréhensibles que la consultation de l'ensemble des salariés sur l'accord salarial proposé est ouverte depuis ce matin. J'ai confiance en la volonté des salariés d'Air France de mettre fin à cette situation destructrice pour la compagnie", a déclaré Jean-Marc Janaillac, en fin de semaine dernière.

L'intersyndicale d'Air France, qui réunit dix organisations représentant les trois catégories de personnels, a de nouveau appelé à cesser le travail les 3, 4, 7 et 8 mai. "Les dirigeants leurrent les salariés sur les conséquences de la consultation", a affirmé l'intersyndicale dans un communiqué. "Pour sortir d'un conflit, il faut se mettre d'accord, donc il faut négocier".

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com