»
»
»
Consultation

Affaire Bettencourt : la justice requiert le non-lieu pour Eric Woerth et Patrice de Maistre

Affaire Bettencourt : la justice requiert le non-lieu pour Eric Woerth et Patrice de Maistre

Les deux hommes sont sous le coup d'une mise en examen pour trafics d'influence dans ce dossier...

Affaire Bettencourt : la justice requiert le non-lieu pour Eric Woerth et Patrice de Maistre
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La parquet de Bordeaux a requis vendredi un non-lieu au bénéfice d'Eric Woerth et de Patrice de Maistre, après leur mise en examen pour trafics d'influence passif et actif dans l'affaire Bettencourt. L'ancien gestionnaire de fortune de l'héritière de L'Oréal est mis en cause pour avoir embauché en 2007 l'épouse d'Eric Woerth dans sa société de gestion de patrimoine. Un an plus tard, le ministre UMP du Budget lui remettait personnellement la Légion d'honneur, ce qui a éveillé les soupçons d'un échange, puisque Patrice de Maistre était membre du club des donateurs fortunés de l'UMP, le "Premier cercle"...

Pas de lien

"Le parquet estime que le lien de corrélation entre les deux faits - condition nécessaire à la caractérisation du délit - n'est pas formellement démontré", écrit le procureur de Bordeaux dans un communiqué. Il juge par ailleurs que l'action d'Eric Woerth dans la mise à disposition, en 2009, d'une parcelle de l'Etat pour la réalisation d'un auditorium financé par Liliane Bettencourt,"n'encourt aucun reproche". Cette mise à disposition avait été décidée par un arrêté signé par celui qui était alors ministre du Budget.

Dernier mot

Eric Woerth et Patrick de Maistre doivent désormais attendre la décision des juges en charge de l'instruction, qui auront le dernier mot puisque le parquet ne donne qu'un avis. L'avocat de l'ancien ministre du Budget Eric Woerth a salué vendredi une "bonne nouvelle". "Nous disions depuis maintenant plusieurs années que cette suspicion et ces hypothèses ne reposaient sur rien, je suis évidemment heureux que le parquet de Bordeaux partage cette analyse qui me paraît évidente", a déclaré Me Jean-Yves Le Borgne sur itélé. Son client a également été mis en examen pour le "recel" de 150.000 euros dans un autre volet de l'affaire Bettencourt. Cette somme lui aurait été remise par Patrice de Maistre...

©2013-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com