»
»
»
Consultation

Adidas-Crédit Lyonnais : "il était impossible de truquer l'arbitrage", estime Bernard Tapie

Adidas-Crédit Lyonnais : "il était impossible de truquer l'arbitrage", estime Bernard Tapie

L'homme d'affaires est revenu sur ce dossier dans un long entretien accordé au Monde'.

Adidas-Crédit Lyonnais : 'il était impossible de truquer l'arbitrage', estime Bernard Tapie
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Mis en examen pour escroquerie en bande organisée dans l'enquête portant sur l'arbitrage rendu pour solder le conflit l'opposant au Crédit Lyonnais sur la revente d'Adidas, Bernard Tapie s'est expliqué dans un long entretien filmé avec 'Le Monde'. A plusieurs reprises et dans une ambiance tendue, l'homme d'affaires a accusé les journalistes de mentir. "Vous dites des choses qui sont fausses", a-t-il martelé...

Un arbitrage impossible à truquer, selon Bernard Tapie...

Alors que les juges soupçonne la possibilité d'un arbitrage truqué et suspecte l'ex-juge arbitre Pierre Estoup de liens professionnels anciens avec Me Maurice Lantourne, l'avocat de Bernard Tapie - tous deux également mis en examen - ce dernier estime la chose impossible. " Le processus ne peut pas être bidouillé (...) on est confronté à une entreprise d'Etat (...) qui comporte des normes", a-t-il fait valoir.

Autre argument de poids selon lui, Jean-Denis Bredin, deuxième arbitre désigné pour régler cette affaire, était membre du cabinet d'avocats, Bredin-Prat, qui a été pendant vingt-cinq ans celui du Crédit lyonnais. Quant à Pierre Mazeaud, troisième arbitre, Bernard Tapie rappelle : " Il me déteste, il me considère comme un voyou"...

Regret d'avoir accepté l'arbitrage

"Je regrette d'avoir accepté l'arbitrage", a déclaré Bernard Tapie en fin d'interview. Son avocat Maitre Maurice Lantourne lui a conseillé "de ne pas aller à l'arbitrage", a-t-il assuré. Pour mémoire, la sentence arbitrale prononcée en juillet 2008 a accordé 403 millions d'euros à l'homme d'affaires. "Lantourne avait évalué à cinq chances sur dix les chances de gagner ce procès en révision. Je me suis dégonflé. J'avais 65 ans déjà. J'aurais eu 40 ans, jamais je ne l'aurais fait", a-t-il conclu...

©2013-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com