»
»
»
Consultation

Acier : l'Union européenne adopte des mesures de rétorsion contre Washington

Acier : l'Union européenne adopte des mesures de rétorsion contre Washington

Les 28 ont adopté à l'unanimité des mesures pour taxer certaines importations américaines. Des dizaines de produits sont concernés comme les célèbres motos Harley Davidson...

Acier : l'Union européenne adopte des mesures de rétorsion contre Washington
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Tabac, jeans, bourbon, les Etats membres de l'Union européenne ont adopté "à l'unanimité" des mesures de rétorsion contre certains produits américains. Une décision en réaction aux taxes imposées par Washington sur l'acier (25%) et l'aluminium (10%).

Solidaire du Canada

Ces mesures pourraient entrer en vigueur dès le 22 juin mais les Européens pourraient attendre début juillet pour réagir en même temps que le Canada, pays lui aussi impacté par les décisions américaines.

Des dizaines de produits emblématiques sont ciblés par les 28 : jeans, motos Harley Davidson ou encore le beurre de cacahuètes. L'objectif affiché pour l'UE est de compenser à hauteur de 2,8 milliards d'euros les dommages causés à son industrie...

Rappelons que le dernier G7 de la Malbaie s'est soldé par un fiasco historique en raison de ce dossier à haut risque. Le président américain Donald Trump s'en est pris directement au Premier ministre canadien Justin Trudeau en demandant finalement à ses représentants de ne pas cautionner le communiqué commun établi par les dirigeants du G7.

"Malhonnête et faible"

"Le PM Trudeau du Canada s'est montré docile et modéré pendant nos réunions au G7, tout cela pour donner une conférence de presse après mon départ dans laquelle il déclare que 'les droits de douane américains sont presque insultants' et qu'il ne 'se laissera pas bousculer'", a expliqué Donald Trump sur Twitter. "Très malhonnête et faible", a-t-il poursuivi à propos du dirigeant canadien. "Nos tarifs douaniers sont en réponse à ses droits de douane de 270% sur les produits laitiers !"

Durant la fameuse conférence de presse de Justin Trudeau qui a déclenché la rage de Trump, ce dernier avait évoqué des mesures de rétorsion que le Canada prendrait le mois prochain suite à l'instauration par Washington de droits de douane sur les importations américaines d'acier et d'aluminium en provenance du Canada, de l'Union européenne et du Mexique.

"Nous Canadiens sommes polis, raisonnables, mais nous ne nous laisserons pas bousculer", a déclaré le Premier ministre canadien, hôte du sommet de deux jours au Québec.

La fureur de Trump

Cette sortie de Donald Trump a ruiné en quelques minutes tous les efforts des deux journées précédentes marquées par de nombreuses controverses, entre le plaidoyer du président américain pour un retour de la Russie dans le G7 et la liste de griefs à l'égard des partenaires commerciaux des Etats-Unis qu'il a détaillée lors d'une discussion sur la question des droits de douane...

Les dirigeants du G7 (Etats-Unis, Canada, Grande-Bretagne, France, Italie, Allemagne et Japon) s'étaient pourtant mis d'accord à l'arrachée sur la nécessité d'un "commerce libre, équitable et mutuellement bénéfique" et sur l'importance de la lutte contre le protectionnisme, selon le communiqué commun, qui semblait pendant un moment avoir effacé les dissensions... même si selon Emmanuel Macron "il ne réglait pas tout...".

Hache de guerre

Rappelons que l'administration Trump a déterré la hache de guerre le mois dernier en envisageant d'imposer des droits de douane pouvant atteindre 25% sur les voitures importées en invoquant des raisons de sécurité nationale.

Washington devrait enquêter sur les importations automobiles dans le cadre d'un dispositif juridique, la Section 232 d'une loi de 1962 sur le commerce, qui pourrait conduire à l'instauration de ces droits de douane. Trump s'est appuyé sur cette Section 232, qui autorise le mise en place de protections commerciales au nom de la "sécurité nationale" des Etats-Unis, pour annoncer des droits de douane sur l'acier et l'aluminium.

Actions inacceptables

MM. Macron et Trudeau avaient prévenu en outre que les taxes douanières américaines allaient "faire du mal" aux Etats-Unis eux-mêmes... "Ces actions inacceptables sont en train de faire mal à ses propres citoyens. Ce sont des emplois américains qui vont être perdus", a affirmé M. Trudeau. Invoquer la sécurité nationale pour justifier ces taxes, imposées aux alliés de Washington, est "risible ", avait renchéri le dirigeant canadien.

Emmanuel Macron a souligné que "le marché des six autres pays du G7 est plus grand que le marché américain". Rappelons que le Groupe des sept (G7) est un groupe informel qui comprend le Canada, la France, les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l'Allemagne, le Japon et l'Italie. L'Union européenne participe également aux rencontres du G7.

Depuis la confirmation, le 31 mai dernier par Donald Trump de l'imposition de taxes sur l'acier et l'aluminium en provenance de l'Union européenne, du Canada et du Mexique, les pays concernés ont tous annoncé des mesures de représailles, faisant craindre le début d'une escalade qui pourrait menacer la croissance mondiale...

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com