»
»
»
Consultation

Accumulation de CDD : le Medef propose une "prime de précarité"

Accumulation de CDD : le Medef propose une "prime de précarité"

L'organisation patronale privilégie cette solution à celle voulue par le président de la République, un bonus-malus sur les cotisations chômage des employeurs.

Accumulation de CDD : le Medef propose une 'prime de précarité'
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le président du Medef était l'invité jeudi de France Inter... Élu l'été dernier à la tête du syndicat patronal, Geoffroy Roux de Bézieux a fait des proposition en faveur des employés précaires, pour tenter de contrer le bonus-malus proposé par le gouvernement. Il souhaite que les CDD puissent toucher des primes plus régulièrement...

Une prime de précarité après plusieurs CDD

Dans le cadre des négociations autour de l'assurance chômage, l'organisation patronale va ainsi suggérer l'instauration d'une nouvelle prime de précarité. Celle-ci pourrait intervenir après des contrats courts à répétition...

"Ce que l'on propose, c'est que les salariés qui enchaînent plusieurs contrats courts avec le même employeur et dans le même mois se voient payer à partir d'un certain nombre de contrats courts une prime, dite "de précarité' qui serait versée par l'employeur, et qui serait en quelque sorte la récompense financière de cette précarité ou de cette flexibilité", a-t-il expliqué au micro de France Inter.

Cette proposition apparaît comme une alternative sérieuse au bonus-malus sur les cotisations chômage des employeurs voulu par Emmanuel Macron en fonction de leur recours aux contrats courts. Une prime supplémentaire à verser par les entreprises pousserait ainsi certains employeurs à se retourner vers des CDI...

Les entreprises françaises "pas prêtes" pour le Brexit

Geoffroy Roux de Bézieux a également répété son inquiétude vis-à-vis du Brexit, dont tous les détails sont encore loin d'être réglés à un mois et demi de l'échéance. "J'ai été à Londres, malheureusement, quelques grandes entreprises sont prêtes mais la majorité ne le sont pas... C'est très compliqué d'être prêt : on a pendant trente ans fait des règlements avec les Anglais et c'est secteur par secteur, entreprise par entreprise qu'il faut être prêt, donc on ne le sera pas si le 30 mars c'est un Brexit dur", a réaffirmé le président du Medef.

La perspective d'un Brexit sans accord fin mars s'est précisée le 15 janvier avec le rejet massif par la Chambre des communes de l'accord conclu entre la Première ministre britannique Theresa May et l'Union européenne à l'automne dernier...

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com