»
»
»
Consultation

"AAA" : Londres rit jaune

"AAA" : Londres rit jaune

Camouflet pour le prestigieux modèle financier britannique et la place financière londonienne ?

'AAA' : Londres rit jaune
Crédit photo © Dylan Martinez

(Boursier.com) — C'est une grande première depuis mars 1978... Le Royaume-Uni vient de perdre son triple A auprès de Moody's. L'agence de notation ramène ainsi le royaume de sa Gracieuse Majesté au niveau de bien des Etats européens, un vrai camouflet pour le prestigieux modèle financier britannique et la place financière londonienne...

Faiblesse des perspectives
Moody's Investors Service vient d'abaisser d'un cran de 'Aaa' à 'Aa1', perspective 'stable', la notation crédit du Royaume-Uni. Le pays perd le prestigieux sésame qui lui conférait le rang de meilleur élève de la classe européenne. Ce triple A garantissait au '10 Downing Street' la capacité d'emprunter à des taux préférentiels sur les marchés. L'agence de notation réduit la notation du Royaume-Uni à 'Aa1' afin de sanctionner la faiblesse persistante des perspectives de croissance du Royaume-Uni à moyen terme. Elle se prolongera sur la seconde moitié de la décennie dit Moody's.

Pas de reprise et un puits de dettes !
L'agence de notation sanctionne aussi le creusement du déficit. Moody's observe sa détérioration, et ne voit pas le pays améliorer sa dette avant 2016. En dépit des importants changements structurels réalisés et la solidité de l'économie britannique admis par Moody's, l'agence de notation perd donc patience... La relance de l'économie britannique serait trop longue à se dessiner. Elle est, en tout cas, plus longue à se mettre en place que lors des précédentes récessions. Cette dégradation de Moody's pointe du doigt le modèle économique et les voies suivies par les politiques outre-Manche.

"La décision de Moody's renforce notre détermination ..."
Le célèbre flegme britannique ne vacille pourtant pas... Nous n'allons pas esquiver ce problème dit GeorgeOsborne, le Ministre britannique des Finances: C'est une brutale piqûre de rappel concernant les problèmes d'endettement que connaît notre pays. C'est aussi un avertissement pour tous ceux qui pensent fuir leurs responsabilités. Loin de nous en faiblir, la décision de Moody's renforce notre détermination. Nous continuerons sur notre lancée. Un plan de relance a déjà diminué notre déficit de 25%, et a permis aux taux d'intérêt de tomber à un niveau record mais également aux emplois d'augmenter.

Nouvelles dégradations à suivre ?
De la détermination, il en faudra aux Britanniques... L'Union européenne vient de créditer l'hypothèse d'un scénario de creusement de la dette publique britannique à 95,4% du PIB en 2013 (97,5% en 2014) . Son déficit public est évalué à -7,4% du PIB 2013 (-6% en 2014), en ligne avec les estimations du FMI (-7,3% du PIB en 2013) et bien loin derrière la France (-3,7% de déficits publics). Dans ce contexte, le Royaume-Uni pourrait subir d'autres dégradations dans les prochains mois. En décembre 2012, Sandard and Poor's avait prévenu... L'agence américaine pourrait priver le Royaume-Uni de son triple A, en cas de dégradation de ses performances... L'agence française Fitch, qui a une perspective 'négative' sur le pays, pourrait également revoir sa copie.

©2013-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com