»
»
»
Consultation

A la SNCF, le nombre de démissions est en forte hausse

A la SNCF, le nombre de démissions est en forte hausse

Plus d'un millier de salariés ont décidé de quitter l'entreprise l'an dernier, évoquant une forte pression mais aussi des avantages de plus en plus maigres.

A la SNCF, le nombre de démissions est en forte hausse
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le bilan social 2018 de la SNCF devait être présenté ce mercredi aux partenaires sociaux... Et le document montre que les cheminots sont de plus en plus nombreux à quitter l'entreprise publique. L'an dernier, 1.025 personnes ont démissionné, soit un bond de 34% sur un an - 763 démissions avaient été enregistrées en 2017 et 614 en 2016, selon 'Le Parisien', qui a eux accès à ces chiffres...

Ces départs ne sont pas si nombreux en comparaison des plus de 143.000 salariés que compte la SNCF, mais la tendance se confirme. "L'entreprise ne fait plus rêver, estime un syndicaliste. Dernièrement, j'ai accompagné un collègue qui voulait absolument partir cette année alors qu'il avait quatorze ans d'ancienneté et qu'au bout de quinze années, un cheminot a le droit d'avoir les facilités de circulation à vie (NDLR : des billets gratuits ou à tarif préférentiel). En trente ans, j'avais jamais vu ça !"

Plus de pression, moins d'avantages

Les ruptures conventionnelles aussi se multiplient, et sont passées de 135 en 2016 à 283 en 2018. En cause notamment : "une perte de sens, la pression du management, et des salaires qui n'augmentent plus aussi vite", détaille 'Le Parisien'. L'ouverture à la concurrence semble également apporter son lot de désagréments et de pression.

A partir de 2021, des opérateurs privés pourront faire rouler leurs propres trains sur le réseau ferroviaire français, selon le calendrier imposé par Bruxelles, et cette réorganisation serait "épuisante pour les équipes".

Fin du statut

Autre nouveauté qui rend la SNCF beaucoup moins attractive : la fin du statut pour les nouveaux entrants, programmée pour le 1er janvier, mais aussi la réforme des retraites, qui doit mettre fin au régime spécial des cheminots.

Interrogé par 'La Parisien', le DRH de la société, Benjamin Raigneau, relativise cependant le nombre des démissions. "Ce chiffre reste dans la moyenne des grandes entreprises. Certes il est en hausse, mais c'est aussi parce que le nombre de démissions à la SNCF a toujours été très bas". "Il y a une forte concurrence pour embaucher des chaudronniers, des mécaniciens ou des agents de maintenance, notamment en Ile-de-France. A nous d'être attractifs", poursuit-il...

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com