Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

20.000 emplois menacés dans l'aéronautique en Occitanie

20.000 emplois menacés dans l'aéronautique en Occitanie

"C'est un choc très très fort", a déclaré Carole Delga, la présidente de la région Occitanie, qui pense pouvoir faire baisser le nombre des suppressions de postes.

20.000 emplois menacés dans l'aéronautique en Occitanie
Crédit photo © Airbus

(Boursier.com) — Les mauvais chiffres se confirment pour l'aéronautique en France, touchée de plein fouet par la crise de l'aérien provoquée par la crise du coronavirus. Quelque 20.000 emplois de la filière aéronautique sont menacés au total en Occitanie par le plan de restructuration d'Airbus, a estimé vendredi la présidente de la région Carole Delga.

L'avionneur a dévoilé mardi un plan de 15.000 suppressions de postes en Europe, dont 5.000 en France et 3.500 dans la région de Toulouse, pour surmonter la crise due au nouveau coronavirus.

"Un choc très très fort"

"Au total, on va approcher les 20.000 emplois qui peuvent être menacés sur la région Occitanie. C'est un choc très très fort", a déclaré Carole Delga au micro de RTL. "L'aéronautique n'a jamais connu une crise pareille. C'est un choc pour les salariés, pour leurs familles. Quand le président déclare que la rentrée va être difficile... nous sommes déjà dans une période difficile", a commenté la présidente socialiste de la région.

La filière aéronautique représente 110.000 emplois en Occitanie.

Diviser les chiffres par deux ?

Concernant les 3.500 postes menacés chez Airbus à Toulouse, Carole Delga compte faire baisser ces chiffres grâce aux négociations ces prochains mois. "Je pense que clairement nous pouvons au moins diviser par deux ce chiffre avec (...) des crédits européens qui peuvent financer des postes sur la recherche. Il y a la question aussi des préretraites", a-t-elle expliqué.

Carole Delga a par ailleurs souligné "la nécessité de conforter la chaîne de sous-traitants et des entreprises qui pourraient être menacées par des fonds prédateurs étrangers" et annoncé la création d'une agence régionale d'investissement "pour maintenir un savoir-faire industriel en France".

Syndicats et élus montent au créneau

Les syndicats français et les élus régionaux ont réclamé jeudi à Airbus de réduire l'ampleur et le rythme du plan massif de restructuration. La bataille, en France, se double des réductions à venir chez Air France, où le chiffre de 7.500 postes supprimés se profile pour ce qui devrait être la pire semaine dans l'histoire récente de l'aéronautique français.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !