»
»
»
»
Consultation
Cotation du 19/07/2019 à 17h39 Vivendi -0,40% 24,910€
  • VIV - FR0000127771
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Vivendi prêt à écouter Elliott dans le dossier Telecom Italia ?

Vivendi prêt à écouter Elliott dans le dossier Telecom Italia ?
Vivendi prêt à écouter Elliott dans le dossier Telecom Italia ?
Crédit photo © Telecom Italia

(Boursier.com) — Le fonds Elliott s'apprête à demander lors de l'assemblée générale du 24 avril la révocation des six administrateurs de Telecom Italia les plus proches de Vivendi, a appris 'Il Sole 24 Ore'. Il s'agirait du président Arnaud de Puyfontaine (qui est aussi le président du directoire de Vivendi), d'Amos Genish, de Giuseppe Recchi, de Frédéric Crépin et d'Hervé Philippe. Le fonds d'investissement aurait ajouté à sa liste Félicité Herzog, dont le statut d'indépendante serait contesté pour ses liens avec Bolloré. L'Agence Bloomberg a par la suite évoqué elle aussi six remplacements sur la foi d'un document qu'elle a obtenu, mais Amos Genish y est remplacé par Anna Jones. C'est cette version qui est la bonne, puisqu'un courrier a effectivement été transmis par Elliott en mentionnant ces six derniers noms.

Une main tendue ?

De son côté, Vivendi, 24% du capital de l'opérateur mais une influence indéniable, aurait mis de l'eau dans son vin. Un porte-parole du groupe français a indiqué à Reuters qu'Arnaud de Puyfontaine est prêt à suspendre ses fonctions exécutives chez TI pendant les discussions sur la stratégie. Une ouverture qui pourrait permettre de rallier des actionnaires mécontents. Vivendi soutient le plan stratégique présenté la semaine dernière mais est aussi prêt à étudier tout ce qui est susceptible de redresser le cours. Le titre a perdu le tiers de sa valeur depuis l'entrée du Français au capital. Les propositions d'Elliott n'ont pas encore été rendues publiques. Les rumeurs évoquent des demandes portant sur une majorité d'administrateurs indépendants (actuellement, le conseil est occupé aux deux-tiers d'administrateurs proposés par Vivendi, même si certains ont le statut d'indépendant), la conversion des titres d'épargne en actions ordinaires et la scission de l'activité de réseaux. Mais il n'y a pas de méchant et de gentil dans l'histoire. Elliott est connu pour chercher à obtenir des retours rapides sur investissement, ce qui n'est pas toujours, loin s'en faut, compatible avec une stratégie de long terme.

©2018-2019,
Attention, notre rubrique "Rumeurs" se veut l'écho des informations qui circulent dans les salles de marché. Ces rumeurs ne pouvant être vérifiées, elles doivent donc être considérées avec précaution.

Partenaires de Boursier.com