»
»
»
»
Consultation
Cotation du 14/10/2019 à 11h33 Lagardere -1,98% 19,820€
  • MMB - FR0000130213
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Lagardere : le fonds Amber remonte au créneau à la veille de l'AG !

Lagardere : le fonds Amber remonte au créneau à la veille de l'AG !
Lagardere : le fonds Amber remonte au créneau à la veille de l'AG !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le 3 mai dernier, Amber Capital a adressé aux membres du Conseil de surveillance de Lagardère une lettre détaillée pour réitérer ses inquiétudes quant aux performances de la Société sur les 15 dernières années et les mettre face à leurs responsabilités...
Amber Capital est actionnaire de Lagardère SCA depuis près de trois ans et aujourd'hui deuxième actionnaire commanditaire du Groupe. "Cet investissement repose sur la conviction que les performances de la société depuis une quinzaine d'années ne reflètent pas son plein potentiel" explique le fonds qui estime que l'évolution du cours de bourse est le révélateur le plus évident de la gravité de la situation : entre le 26 avril 2003, date de prise de fonction d'Arnaud Lagardère, et le 29 mars 2019, le titre Lagardère a sous-performé de 110% l'indice SBF 120, de 99% l'indice Stoxx Europe 600 Media et de 77% l'Indice CAC 40.

Trois directions

Depuis son arrivée au capital, Amber Capital milite pour convaincre la Gérance que le redressement de la Société est possible à condition d'agir dans trois directions :
-Centrer l'activité du Groupe sur ses deux branches rentables que sont le "Travel Retail" et le "Publishing" et céder les branches "Active" et "Sports & Entertainment" - le Groupe a trop souffert des charges de restructurations et de dépréciations d'actifs qui, depuis 2003, s'élèvent à un total de 3,515 milliards d'euros, montant à rapporter à une capitalisation boursière de la Société de 3,181 milliards d'euros au 30 avril 2019.
-Revoir la gouvernance mise en place, notamment au niveau de la société Lagardère Capital & Management ("LC&M") qui génère des coûts décorrélés des performances de la Société et dont une partie n'est pas expliquée - depuis 2003, les coûts supportés par LC&M et refacturés à Lagardère ont augmenté en moyenne de 4% par an alors que le résultat net du Groupe a baissé de 3,3% en moyenne par an.
-Faire en sorte que le Conseil de surveillance, seul contrepouvoir dans une société en commandite, remplisse pleinement sa mission, à savoir notamment : contrôler la gestion mise en oeuvre au sein de la Société et tirer les conséquences des défaillances et éventuelles fautes commises par les Gérants - pouvant aller jusqu'au refus de renouveler les Gérants -, contrôler strictement les conventions réglementées passées par la Société, notamment celles conclues avec ses mandataires sociaux ou actionnaires significatifs, dont fait partie la convention conclue avec LC&M.

Pas assez vite

Amber Capital se félicite qu'une partie de ces préoccupations aient été entendues, puisque la société a entamé un processus de cessions afin de recentrer son activité sur les branches "Travel Retail" et "Publishing", comme Amber Capital le préconisait. Cependant, ces efforts sont encore largement insuffisants puisque :

-Les cessions interviennent beaucoup trop lentement (seulement 253 millions d'euros d'actifs ont été cédés à ce jour), de sorte que le Groupe continue à supporter des charges de restructurations et de dépréciations d'actifs excessives.
-La réforme de la gouvernance n'a pas été entamée et la question de l'utilité du maintien de LC&M dans le dispositif n'a pas été abordée. LC&M a même récemment refusé de publier ses comptes annuels, en violation de ses obligations légales, rendant d'autant plus opaques les raisons justifiant le maintien de cette structure et les explications quant à l'augmentation des frais supportés par LC&M et refacturés à Lagardère. A titre d'exemple, la rémunération annuelle moyenne par membre du Comité exécutif assurée par LC&M a augmenté de 183% entre 2003 et 2018 alors que, dans le même temps, le résultat net du Groupe a baissé de 42% et que les membres du Comité exécutif n'ont plus de fonctions opérationnelles au sein du Groupe.
-La lecture des rapports du Conseil de surveillance ne permet pas de comprendre les actions concrètes mises en oeuvre pour contrôler, et le cas échéant critiquer, les choix de la Gérance. La décorrélation patente entre les frais supportés par Lagardère, en augmentation sur la période, et la performance du Groupe, qui sous-performe tous les indices de références, sur les 15 dernières années, amène Amber Capital à s'interroger sur la réalité de la mission exercée par le Conseil.

Le courrier qu'Amber Capital a adressé aux membres du conseil de surveillance expose en détail chacune de ces préoccupations et pose des questions très précises sur les sujets de gouvernance et les conditions d'exercice de leur mission.
Amber Capital attend des réponses claires à ses interrogations et réitère son entière volonté de prendre part de manière constructive au redressement du Groupe.

©2019,
Attention, notre rubrique "Rumeurs" se veut l'écho des informations qui circulent dans les salles de marché. Ces rumeurs ne pouvant être vérifiées, elles doivent donc être considérées avec précaution.

Partenaires de Boursier.com