»
»
»
»
Consultation
Cotation du 17/07/2019 à 09h36 Engie (EX GDF SUEZ) +0,11% 13,780€
  • ENGI - FR0010208488
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Engie : Jacques Veyrat, l'homme providentiel ?

Engie : Jacques Veyrat, l'homme providentiel ?
Engie : Jacques Veyrat, l'homme providentiel ?

(Boursier.com) — La spéculation sur Engie bat son plein alors que l'Etat pourra réduire sa participation de 23,6% dans le groupe énergétique une fois la loi Pacte promulguée. Si rien ne presse, et que toute sortie totale de l'Etat de l'ancien GDF semble peu probable à court terme, Bercy planche activement sur le dossier. Selon les informations obtenues par 'BFM Business', "l'Etat souhaiterait qu'Engie soit ancré à un actionnaire français, stable et si possible un industriel de l'énergie". Les candidats répondants à ces caractéristiques ne sont pas légion mais un sortirait du lot : Jacques Veyrat. Le patron du fonds Impala, qui détient 50,1% du spécialiste des énergies renouvelables Neoen, chercherait depuis quelques mois à devenir actionnaire d'Engie.

Un rachat de Neoen par Engie ?

"Selon plusieurs sources, son objectif serait d'entrer au capital d'Engie dans le cadre d'une opération stratégique avec Neoen. Une option d'autant plus crédible que l'énergéticien a déjà tenté à deux reprises de racheter l'entreprise l'an passé", affirme BFM Business. Si Engie venait à racheter Neoen, Jacques Veyrat pourrait se faire payer en actions Engie et en devenir actionnaire à hauteur de 3% "pour ensuite monter facilement jusqu'à 6%" et ainsi remplacer partiellement l'Etat français au tour de table d'Engie.

Rien ne presse

Mais l'homme d'affaires aurait aussi la possibilité d'attendre que Neoen double la taille de son parc solaire et éolien d'ici 2021, échéance à laquelle l'entreprise pourrait valoir entre trois et quatre milliards d'euros en Bourse et lui permettrait alors de prendre 6% ou 7% d'Engie avant de monter à près de 10%, souligne le site d'informations.

Conserver l'ancrage français d'Engie

Rien n'est joué mais, une telle opération permettrait au gouvernement de conserver l'ancrage français d'une société emblématique dans l'Hexagone, et d'éviter l'arrivée de fonds activistes au capital d'Engie.

©2019,
Attention, notre rubrique "Rumeurs" se veut l'écho des informations qui circulent dans les salles de marché. Ces rumeurs ne pouvant être vérifiées, elles doivent donc être considérées avec précaution.

Partenaires de Boursier.com