Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 10/07/2020 à 17h35 Airbus Group (ex-EADS) +3,53% 65,450€
  • AIR - NL0000235190
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Emirates : ne souhaiterait pas recevoir ses 5 derniers A380

Emirates : ne souhaiterait pas recevoir ses 5 derniers A380
Emirates : ne souhaiterait pas recevoir ses 5 derniers A380
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Emirates, qui pourrait supprimer jusqu'à 30.000 emplois pour faire face à la crise liée à la pandémie de Covid-19, cherche également à réaménager la taille de sa flotte alors que la demande pourrait mettre des années avant de retrouver ses niveaux d'il y a tout juste quelques mois. Le transporteur, qui envisagerait d'accélérer le retrait des Airbus A380 de sa flotte, appareil dont il est le principal client, souhaiterait également annuler cinq des huit super-jumbo qu'il doit encore recevoir. Selon les indiscrétions obtenues par 'Bloomberg', Airbus aurait toutefois repoussé cette idée, arguant que les avions sont déjà en cours d'assemblage.

Emirates souhaiterait obtenir trois appareils à deux étages d'ici la fin de son exercice fiscal clos en mars prochain mais ne voudrait pas des cinq derniers exemplaires. Airbus qui, comme à son habitude, ne commente pas ce type d'informations, les discussions avec les clients étant confidentielles, proposerait un report des livraisons ou des paiements. Se basant sur le rapport annuel de la compagnie, Bloomberg note que le groupe basé à Dubaï pourrait devoir verser jusqu'à 257 millions de dirhams (70 millions de dollars) par avion en cas "de non respect de contrat".

La crise marque un terrible coup d'arrêt pour Emirates qui a construit son modèle commercial et son développement à marche forcée autour du plus gros avion de ligne du monde. La compagnie dispose d'une flotte de 115 A380 et avait prévu, jusqu'à peu, de les exploiter jusqu'à la fin de la décennie.

©2020,
Attention, notre rubrique "Rumeurs" se veut l'écho des informations qui circulent dans les salles de marché. Ces rumeurs ne pouvant être vérifiées, elles doivent donc être considérées avec précaution.