Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 15/01/2021 à 17h35 Vivendi -0,53% 26,110€
  • VIV - FR0000127771
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

"CanalBeIN", la solution ?

"CanalBeIN", la solution ?
'CanalBeIN', la solution ?
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les difficultés de Canal+ en France métropolitaine, encore mises en exergue lors des récents résultats trimestriels publiés par le groupe Vivendi, attisent toutes sortes de spéculations sur le devenir de la chaîne cryptée. Parmi les hypothèses qui circulent depuis quelques jours dans les salles du marché, celle d'un rachat de BeIN Sports tient le haut du pavé. Un tel rapprochement aurait pour avantage de renforcer la compétitivité de l'offre de Canal+. Il replacerait la filiale de Vivendi en position dominante sur le marché de la TV payante en France, avec probablement la bénédiction du gouvernement. En mettant la main sur son concurrent principal, Canal+ réduirait aussi la pression sur l'acquisition de droits sportifs, l'une des causes principales de l'inflation constatée ces dernières années sur sa grille de programmes.

En pratique, la réussite de l'opération passera forcément par des négociations serrées avec Al Jazeera, l'actionnaire de BeIN Sports. Le groupe qatari a toujours affirmé que ses investissements en France s'inscrivaient dans une logique de long terme. Malgré les pertes pharaoniques de son bouquet sportif - elles dépassent largement le milliard d'euros depuis son lancement sans perspectives de rentabilité à court terme -, Al Jazeera acceptera ainsi difficilement de lâcher cet actif. Bref, Vivendi devra sans doute mettre la main au portefeuille s'il veut concrétiser cette acquisition stratégique. A moins qu'un montage plus complexe retenu par les deux acteurs, intégrant une prise de participation minoritaire d' Al Jazeera dans Canal+ et des accords à l'international, ne viennent réduire l'addition...

©2015-2021,
Attention, notre rubrique "Rumeurs" se veut l'écho des informations qui circulent dans les salles de marché. Ces rumeurs ne pouvant être vérifiées, elles doivent donc être considérées avec précaution.