Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 12/05/2021 à 10h19 Atos -1,82% 54,960€
  • ATO - FR0000051732
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Atos : Capgemini en prédateur ?

Atos : Capgemini en prédateur ?
Atos : Capgemini en prédateur ?
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Atos remonte de 4,2% à 59,5 euros en fin de séance, effaçant une partie de ses lourdes pertes récentes. Outre des rachats à bon compte, le titre de l'entreprise de services du numérique bénéficie de bruits de couloir autour d'un éventuel rachat par Capgemini. Exane BNP Paribas évoque en effet un potentiel rapprochement entre les deux groupes dont les valorisations se situent à des extrêmes. La faiblesse du titre Atos laisse par ailleurs à penser que les actionnaires pourraient être ouverts à une "solution stratégique alternative". Ces données combinées à de faibles niveaux d'endettement, pourraient faire d'Atos une cible potentielle pour Cap, selon l'analyste.

Dans le passé, Atos n'a pas été une cible claire pour Capgemini, notamment en raison de son exposition aux services d'infrastructure à faible croissance. Cependant, la tendance à l'accélération de la migration vers le cloud induite par la pandémie pourrait susciter une plus grande volonté de créer un champion européen des services informatiques et d'ingénierie. Une transaction pourrait également générer des rendements "attractifs", souligne le courtier.

Ces rumeurs autour d'un potentiel rapprochement entre les deux géants français de l'informatique ne sont malgré tout pas nouvelles. Depuis de très nombreuses années, des bruits de couloir reviennent plus ou moins régulièrement sur le devant de la scène. Le contexte actuel pourrait toutefois rendre cette éventuelle transaction un peu plus crédible, d'autant que les opérations de fusion-acquisition se multiplient depuis le début d'année.

©2021,
Attention, notre rubrique "Rumeurs" se veut l'écho des informations qui circulent dans les salles de marché. Ces rumeurs ne pouvant être vérifiées, elles doivent donc être considérées avec précaution.