»
»
»
»
Consultation
Cotation du 07/12/2018 à 17h39 AccorHotels +1,78% 37,640€

AccorHotels chercherait des partenaires pour entrer au capital d'Air France KLM

AccorHotels chercherait des partenaires pour entrer au capital d'Air France KLM
AccorHotels chercherait des partenaires pour entrer au capital d'Air France KLM
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Il n'y a pas de fumée sans feu. AccorHotels chercherait bien à reprendre la participation de 14,3% détenue par l'Etat français dans Air France KLM. Malgré les récents propos de Sébastien Bazin, qui avait minimisé l'intérêt du groupe hôtelier pour une entrée au capital du transporteur tout en faisant part de son souhait d'approfondir les relations entre les deux groupes, l'entreprise qu'il dirige aurait approché plusieurs partenaires potentiels. Selon le 'Financial Times', qui cite trois personnes proches des discussions, AccorHotels chercherait des partenaires européens alors que la législation de de l'Union impose qu'un transporteur ne puisse être détenu à plus de 50%, directement ou indirectement, par des capitaux extra-européens.

Or, près de 20% du tour de table de la compagnie franco-néerlandaise est actuellement détenu par des groupes non-européens puisque Delta Air Lines et China Eastern possèdent chacun 8,8% tandis que des groupes chinois, qataris et saoudiens sont les principaux actionnaires d'Accor.

Début juin, Accor avait indiqué avoir repris "ses réflexions" quant à une éventuelle prise de participation minoritaire au capital d'AF-KLM. "C'est très tôt. Oui, nous avons engagé des discussions sur la question de savoir si nous devrions ou non acheter une partie des intérêts français dans Accor", avait notamment déclaré S.Bazin.

"Si nous devions unir nos forces, nous serions beaucoup plus forts avec beaucoup de synergies créées... Cela nous oblige-t-il à entrer au capital? Bien sûr que non, ce qui explique pourquoi je ne sais pas où ça va finir", avait ajouté le dirigeant.

©2018,
Attention, notre rubrique "Rumeurs" se veut l'écho des informations qui circulent dans les salles de marché. Ces rumeurs ne pouvant être vérifiées, elles doivent donc être considérées avec précaution.

Partenaires de Boursier.com