Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 01/07/2020 à 17h35 Vivendi -0,18% 22,800€
  • VIV - FR0000127771
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

1,2 milliard par an pour une saison de Ligue 1 ?

1,2 milliard par an pour une saison de Ligue 1 ?
1,2 milliard par an pour une saison de Ligue 1 ?
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Faudra-t-il débourser 1,2 milliard d'euros pour s'offrir une saison de Ligue 1 française de football ? C'est le montant qui circule depuis quelques heures, après les informations obtenues par Bloomberg auprès d'une bonne source. La Ligue de football professionnel pourrait profiter de l'engouement actuel pour la compétition, grâce notamment au PSG et à ses stars, pour lancer dès le mois de novembre un nouvel appel d'offres qui débuterait lors de la saison 2020/2021, puisque les droits ont été attribués jusqu'en 2019/2020 à Canal + (Vivendi) et BeIN pour 748,5 millions d'euros, Ligue 2 inclus. Si le montant évoqué par l'agence financière se confirme, on assisterait à une inflation de 60% par rapport à l'appel d'offres précédent. La Ligue 1 française se rêve un destin international comme les grands championnats européens, si bien que les droits de diffusion hors de l'Hexagone pourraient exploser. Actuellement, BeIN en est le titulaire. La chaîne sportive n'avait payé que 80 ME pour se les offrir jusqu'en 2024.

Le round d'attribution des droits 2012-2016 avait abouti à 607 ME, après 668 ME sur la période 2008-2012. Une baisse qui s'explique par la sortie d'Orange Sport du jeu. Même si elle pousse le curseur au-delà du milliard d'euros la saison, la LFP a encore de la marge avant de rejoindre ses illustres voisines. Le bureau d'études Sport Business estime à 4 milliards d'euros le montant obtenu par la ligue britannique pour la seule saison 2016/2017. Le nouvel appel d'offres devrait opposer Canal +, Altice et BeIN.

©2017-2020,
Attention, notre rubrique "Rumeurs" se veut l'écho des informations qui circulent dans les salles de marché. Ces rumeurs ne pouvant être vérifiées, elles doivent donc être considérées avec précaution.