Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 12/08/2020 à 17h35 Vinci +0,41% 82,860€

Vinci : le résultat net consolidé part du groupe affiche une perte semestrielle de 294 ME

Vinci : le résultat net consolidé part du groupe affiche une perte semestrielle de 294 ME
Vinci : le résultat net consolidé part du groupe affiche une perte semestrielle de 294 ME
Crédit photo © Photothèque Vinci

(Boursier.com) — Le Conseil d'administration de Vinci s'est réuni le 30 juillet sous la présidence de Xavier Huillard pour arrêter les comptes semestriels du Groupe au 30 juin 2020. Il a également décidé, compte tenu de la situation exceptionnelle, de ne pas verser d'acompte sur dividende. Cette décision ne préjuge pas de l'affectation du résultat de l'exercice 2020 qui sera proposée par le Conseil d'administration lors de l'examen des comptes annuels.

Dans la continuité de l'exercice précédent, VINCI affichait jusqu'à mi-mars une solide performance tant dans les concessions que dans le contracting. Après l'entrée en confinement de la France et de nombreux pays, le Groupe a subi une baisse très prononcée de son activité. Les comptes consolidés du 1er semestre 2020 font ainsi ressortir une contraction du chiffre d'affaires et une forte baisse des résultats.
Le chiffre d'affaires consolidé du 1er semestre 2020 s'élève à 18,5 milliards d'euros, en baisse de 14,9% à structure réelle par rapport à celui du 1er semestre 2019 (-17% à structure comparable ; impacts des changements de périmètre, essentiellement à l'international : +2,4% ; variations de change : -0,3%). La baisse de chiffre d'affaires ayant été plus marquée en France qu'à l'international, la part du chiffre d'affaires réalisé hors France s'est établie à 49% (44% au 1er semestre 2019).

L'EBITDA s'élève à 1.803 millions d'euros (3 625 millions d'euros au 1er semestre 2019). Il représente 9,7% du chiffre d'affaires, contre 16,7% au 1er semestre 2019.
Le Résultat Opérationnel sur Activité (ROPA), en forte baisse par rapport au 1er semestre 2019, s'établit à 267 millions d'euros.
Le Résultat Opérationnel Courant (ROC) ressort à 118 millions d'euros. Il intègre notamment l'impact des paiements en actions (IFRS 2) et la contribution négative de participations consolidées par mise en équivalence, notamment dans le secteur aéroportuaire, alors qu'elle était positive en 2019.
Le Résultat net consolidé part du Groupe affiche une perte de 294 millions d'euros et le résultat net par action ressort à -0,53 euro (respectivement 1 359 millions d'euros et 2,43 euros au 1er semestre 2019).

Le cash-flow opérationnel (avant prise en compte des investissements de développement dans les concessions) s'établit à 388 millions d'euros (823 millions d'euros au 1er semestre 2019). Il intègre une amélioration remarquable du besoin en fonds de roulement -dont la variation est habituellement négative au 1er semestre du fait de la saisonnalité des activités- grâce à un niveau d'encaissements des clients particulièrement soutenu au 2e trimestre 2020.
Le cash-flow libre ressort à -182 millions d'euros (316 millions d'euros au 1er semestre 2019). Il comprend les investissements de développement dans les concessions, en légère hausse au 1er semestre en raison des programmes déjà engagés par VINCI Airports.

L'endettement financier net consolidé ressort à 22,1 milliards d'euros au 30 juin 2020, en baisse de 2,1 milliards d'euros par rapport au 30 juin 2019.

Situation financière

Face à la crise, VINCI s'est employé à renforcer ses ressources financières :
-en profitant, dès la fin mars, de la réouverture du marché des billets de trésorerie, conséquence de l'intervention des banques centrales ;
-en obtenant de ses banques relationnelles une ligne de crédit supplémentaire de 3,3 milliards d'euros à échéance mars 2021 ;
-en procédant à une émission obligataire par Cofiroute de 950 millions d'euros à échéance mai 2031.
Le Groupe a bénéficié, pour ce faire, de son excellente notation de crédit (A- chez Standard & Poor's, A3 chez Moody's, avec "perspective stable" dans les deux agences).
VINCI dispose ainsi d'une liquidité très importante. Elle s'établissait, au 30 juin 2020, à 18,3 milliards d'euros (15,9 milliards d'euros fin 2019 et 13,5 milliards d'euros fin juin 2019), se décomposant entre :
-Une trésorerie nette gérée de 5,8 milliards d'euros (3,5 milliards d'euros au 30 juin 2019 et 6,8 milliards d'euros au 31 décembre 2019), signe d'une bonne tenue de la trésorerie opérationnelle au cours du 1er semestre ;
-Un encours de 1,2 milliard d'euros de billets de trésorerie (1,8 milliard d'euros au 30 juin 2019 et 0,8 milliard d'euros au 31 décembre 2019) ;
-Des lignes de crédit bancaire confirmées et non utilisées pour un total de 11,3 milliards d'euros, dont 8 milliards d'euros à échéance novembre 2024.
Au 30 juin 2020, la dette financière brute long terme du Groupe avait une maturité moyenne de 8 ans (8,1 ans au 31 décembre 2019). Son taux d'intérêt moyen au 1er semestre ressortait à 2,3% (2,1% au 1er semestre 2019 et 2,4% en 2019).

Point d'actualité et perspectives

VINCI constate une poursuite de l'amélioration de l'activité en juillet 2020 :
-VINCI Autoroutes : du 1er au 26 juillet 2020, la baisse du trafic s'est établie à -2% par rapport à la période comparable de l'exercice précédent.
-VINCI Airports : du 1er au 26 juillet 2020, la baisse du trafic passagers s'est établie à -84% par rapport à la période comparable de l'exercice précédent.
-Contracting : l'activité est actuellement proche de son niveau normal estimé dans les trois pôles de métiers, avec des situations ponctuellement encore difficiles dans certains pays.

Hors nouvelle évolution défavorable de la pandémie et hors événements exceptionnels, VINCI anticipe :
Pour l'ensemble de l'année 2020 :
-Dans les concessions :
-une contraction de 15 à 20% du trafic de VINCI Autoroutes
-un recul autour de 65% du trafic de VINCI Airports
-Dans le contracting, une baisse de chiffre d'affaires dans une fourchette de 5 à 10% et un recul de la marge opérationnelle de l'ordre de 150 à 200 points de base par rapport à 2019

Sur ces bases, l'évolution du chiffre d'affaires impactera les résultats du Groupe de manière significative.

Cet impact ne peut aujourd'hui pas être quantifié de manière fiable, en raison des incertitudes sur la reprise économique et le rythme d'amélioration des trafics de VINCI Autoroutes et de VINCI Airports.

Dans ce contexte, les résultats du Groupe devraient afficher une baisse au 2e semestre 2020 par rapport au 2e semestre 2019. Celle-ci devrait, toutefois, hors éléments exceptionnels, être nettement moins prononcée que celle constatée au 1er semestre 2020.
Pour 2021, le Groupe table sur une amélioration de ses résultats par rapport à ceux de 2020, sans toutefois qu'ils puissent, au global, déjà retrouver leur niveau de 2019.
Les différents plans de relance mis en place, en Europe particulièrement, dont la composante centrale est l'environnement, devraient soutenir les activités de VINCI ces prochaines années.

Xavier Huillard, président-directeur général de VINCI, a déclaré :

"Après un bon début d'année dans la continuité de l'exercice précédent, l'activité et les résultats du Groupe ont ensuite été fortement affectés par les conséquences de la pandémie de la Covid-19. Les impacts de la crise sanitaire ont été particulièrement sensibles en France dans tous les pôles de métiers à la suite de l'entrée en confinement le 17 mars.
Dans le même temps, les dispositions mises en place à l'échelle mondiale pour tenter d'enrayer le développement de la Covid-19 ont provoqué un quasi-arrêt du trafic aérien.
Face à cette situation inédite, le Groupe a rapidement mis en oeuvre des mesures d'ajustement des dépenses et de révision des programmes d'investissements. Il s'est également employé à renforcer ses ressources financières.
Dans le contracting, l'activité est aujourd'hui revenue, dans tous les pôles, à un niveau proche de son niveau normal. Chez VINCI Autoroutes, après une forte chute fin mars, la courbe des trafics est désormais en passe de retrouver son niveau de 2019. En revanche, chez VINCI Airports, la reprise de l'activité est limitée en raison du maintien d'importantes restrictions voire d'interdictions pour les vols internationaux.
Dans ce contexte, les performances financières de VINCI en 2020 seront en très net retrait par rapport à celles de l'exercice précédent.
Mais le Groupe entend se projeter au-delà, et est mobilisé pour accompagner la relance de l'activité économique dans les territoires dont il est un acteur essentiel, tant dans les concessions que dans le contracting.
Il dispose d'importants atouts pour rebondir dès 2021, en fonction de l'évolution des conditions sanitaires, et retrouver une trajectoire de croissance pérenne :
-Un modèle économique de temps long bien adapté aux grands enjeux actuels : efficience énergétique ; nouveaux besoins en matière de mobilité et de communication ;
-Des marchés porteurs sur le long terme dans tous ses métiers ;
-La forte réactivité de ses entreprises grâce à une organisation très décentralisée ;
-L'engagement de ses équipes ;
-Un carnet de commandes au plus haut historique ;
-Une situation financière très solide.
Croissance pérenne sur un plan économique, mais aussi environnemental : ses métiers des services à l'énergie, de la construction et de la mobilité placent le Groupe au coeur de la croissance verte.
Répondre à ces enjeux constitue un défi enthousiasmant pour les 220.000 collaborateurs du Groupe".

Agenda

13 octobre 2020 Trafic VINCI Airports du 3e trimestre 2020
20 octobre 2020 Information trimestrielle au 30 septembre 2020.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !