Accueil
»
Bourse
»
Actions New-York
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 30/11/2020 à 18h34 Morgan Stanley -2,41% 62,300$
  • MS - US6174464486
  •   PEA
  • + Ajouter à : Mes Listes

US / Banques : un trimestre parfait !

US / Banques : un trimestre parfait !

(Boursier.com) — 10 sur 10 à l'école. 61 sur 61 en bourse ! Malgré les remous qu'ont connu les marché financiers sur les trois premiers mois de l'année 2010, les quatre géants de la finance américaine ont réussi à gagner de l'argent durant les 61 jours de négociation du premier trimestre 2010. Pas un jour où les traders des Bank of America, Citigroup, Goldman Sachs et JPMorgan Chase & Co ont perdu de l'argent ! On appelle cela "un trimestre parfait".

Le montant des profits enregistrés par le "Big 4" souligne encore un peu plus l'importance des activités de marchés pour les grandes institutions financières. D'autant que de telles performances, qui seront certes sans doute difficiles à répéter, mettent un peu plus en lumière le rôle de la négociation pour compte propre des banques, que Washington tente d'endiguer.

Bank of America a ainsi indiqué que ses revenus de "trading" avaient dépassé les 100 Millions de Dollars pendant 26 jours, soit environ 43% des 61 jours de bourse du premier trimestre. C'est la première fois que Bank of America connait un trimestre parfait depuis l'acquisition de Merrill Lynch au début de l'année 2009. JPMorgan a de son côté vu ses revenus de "trading" dépasser la barre des 90 M$ pendant 39 jours et même 180 M$ au cours de neuf jours, soit environ 14% du temps ! Il s'agit du premier trimestre parfait de l'établissement depuis 2003. Goldman Sachs n'est pas en reste avec au moins 100 M$ de gains quotidiens pendant 35 jours et au moins 25 M$ les jours restants.

Le "New York Times" qui cite des experts de gestion des risques explique que les quatre banques ont réalisé de gros profits sans nécessairement prendre des paris importants sur les marchés actions ou obligations. Elles ont en effet davantage tiré parti de leur rôle de "faiseur de marché", profitant de la différence de prix entre lesquels les clients sont prêts à acheter et à vendre.

En 2009, les banques avaient affiché des pertes durant moins de 20% des jours de négociation, tandis que pendant la crise de 2008, des pertes se produisaient jusqu'à 40% du temps.

©2010-2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !