»
»
»
»
Consultation
Cotation du 18/06/2019 à 22h15 UBER TECH RG +0,18% 43,860$
  • UBER - US90353T1007
  •   PEA
  • + Ajouter à : Mes Listes

Uber séduira t-il Wall Street ?

Uber séduira t-il Wall Street ?
Uber séduira t-il Wall Street ?
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Uber Technologies va-t-il réussir son pari ? Le roi du VTC a officialisé jeudi soir son projet d'introduction en Bourse à Wall Street. Si aucun détail de l'opération n'est encore connu, le groupe californien a dévoilé l'état de ses finances. Alors qu'Uber souhaiterait lever environ 10 milliards de dollars lors de cette IPO qui pourrait le valoriser près de 100 Mds$, la firme a averti que ses pertes opérationnelles allaient continuer d'"augmenter significativement dans un avenir prévisible" et qu'elle "pourrait ne pas parvenir à la rentabilité". C'est dit !

Plus de 10 milliards de dollars de pertes sur 3 ans

D'autant que les bilans des derniers exercices financiers d'Uber ont de quoi refroidir les plus optimistes. La compagnie a en effet essuyé une perte opérationnelle de plus de 3 Mds$ l'an passé, portant son déficit sur trois ans à plus de 10 Mds$ ! Dara Khosrowshahi, le directeur général d'Uber, qui s'apprête à démarrer une tournée auprès des investisseurs, a du pain sur la planche. Les opérateurs qui comptent miser sur l'entreprise fondée en 2009 à San Francisco par les entrepreneurs Travis Kalanick et Garrett Camp ont néanmoins des raisons d'espérer. En premier lieu, la croissance exponentielle qu'enregistre la société depuis plusieurs années. Uber a ainsi réalisé un chiffre d'affaires de 11,3 milliards de dollars en 2018, en hausse de 42%, après une croissance de 106% l'année précédente.

Une plate-forme plutôt qu'une société de VTC ?

Le groupe multiplie également les axes de diversification avec plus ou moins de réussite. Dara Khosrowshahi n'hésite d'ailleurs pas à appeler sa société une "plate-forme". Selon le décompte réalisé par 'Bloomberg', ce mot apparaît plus de 700 fois dans le prospectus d'introduction ! Uber comptait à fin 2018 quelque 91 millions d'utilisateurs actifs mensuels sur ses plates-formes, dont Uber Eats. Cela représente une croissance de 33,8% par rapport à 2017, qui se compare à une hausse de 51% en 2017. Le chiffre d'affaires des seules activités de livraison de produits alimentaires a bondi de 149% d'une année sur l'autre pour atteindre 1,5 milliard de dollars en 2018. Outre la nourriture, le spécialiste des véhicules de transport avec chauffeur investit fortement dans la voiture autonome, mais aussi le fret, les vélos électriques ou les scooters.

Essoufflement dans l'activité 'coeur'

Si pour certains observateurs, cette stratégie de diversification apparait aventureuse, elle semble pourtant indispensable au regard des données présentées par Uber. Dans son coeur de métier, la société dispose certes de parts de marché supérieures à 65% dans les principales zones où elle opère (États-Unis, Canada, Amérique latine, Europe, Australie et Nouvelle-Zélande), mais sa croissance montre clairement des signes d'essoufflement. On apprend ainsi dans le formulaire S-1 déposé auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC) que les revenus tirés de l'activité de VTC ont progressé de 'seulement' 33% l'an dernier après un bond de 95% en 2017.

Un petit mois pour convaincre

Les débuts en Bourse d'Uber sont attendus début mai sur le New York Stock Exchange. D'ici là, Dara Khosrowshahi devra convaincre les investisseurs du bien-fondé de sa stratégie. Le dirigeant, ancien patron d'Expedia, devra également prouver qu'il a réussi à modifier la culture et les pratiques d'Uber après les affaires qui ont terni son image ces deux dernières années.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com