Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 26/10/2020 à 17h35 Trigano -4,26% 121,500€
  • TRI - FR0005691656
  • SRD
  • PEA
  • PEA-PME
  • Consensus Acheter
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Trigano recule après les annonces

Trigano recule après les annonces
Trigano recule après les annonces
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Trigano recule de 2,5% à 66,50 euros ce jeudi, après avoir réalisé au 1er semestre de l'exercice 2019/2020 un chiffre d'affaires de 1.163,4 ME, en progression de 2,3% par rapport au premier semestre de l'exercice précédent (+1,9% à périmètre constant). Le bénéfice opérationnel courant consolidé du premier semestre s'est élevé à 89,3 ME et représente 7,7% du chiffre d'affaires (8,8% en 2018/2019).
Les résultats du S1 ont été affectés par un mix des ventes défavorable en termes de marge, par un niveau de productivité inférieur aux attentes dans les usines ayant été réimplantées il y a quelques mois, ainsi que par une augmentation des coûts de garantie.

Le résultat financier (-4 ME) a bénéficié à hauteur de 3,1 ME d'un ajustement de la dette des minoritaires.
Compte tenu d'une charge d'impôt sur les sociétés de 22,4 ME et de la contribution positive des sociétés mises en équivalence (2,1 ME), le bénéfice net consolidé s'établit à 65,7 ME (72 ME en 2018/2019) et représente 3,41 euros par action.

Le niveau des investissements est ressorti stable par rapport au 1er semestre de l'exercice précédent (20,1 ME contre 19,9 ME en 2018/2019). En outre, Trigano a acquis une usine précédemment louée à Poggibonsi (Toscane) pour 9 ME, générant une économie annuelle d'environ 1 ME de loyers. Cette opération n'est pas considérée comme un investissement au regard d'IFRS 16.

Structure financière renforcée

Au cours de ce semestre, Trigano a, à nouveau, renforcé sa structure financière, tandis que l'endettement net, traditionnellement à son point haut à fin février, atteint 78 ME (174,3 ME au 28/02/2019), soit 8,4% des capitaux propres consolidés (21,6% au 28/02/2019). L'application de la norme IFRS 16 a eu pour effet d'augmenter l'endettement financier de 17,1 ME au 29 février 2020 (dettes de location).
Les activités de production ont repris de façon progressive à partir de mi-avril et la quasi-totalité des sites devrait être en fonctionnement à partir de mi-mai. Pour ce faire, dans le strict respect des instructions des autorités, des procédures ont été mises en place, des lignes de production ont été réaménagées, des équipements de protection individuels ont été approvisionnés et les locaux sociaux ont été réagencés voire fermés.
Trigano bénéficie d'une structure financière solide s'appuyant sur un montant de capitaux propres élevé et un faible endettement financier. Le niveau de la trésorerie de l'entreprise et le bénéfice de facilités de crédit non tirées à hauteur de 138 ME à ce jour lui permettront de traverser cette crise et d'en sortir renforcée par rapport à la concurrence.

Perspectives

L'activité et les résultats du deuxième semestre seront fortement impactés par la crise que nous traversons.
Les pertes de volumes de fabrication ne pourront être rattrapées avant la fin de l'exercice et les niveaux de productivité attendus lors des phases de redémarrage de l'outil de production seront nettement dégradés en raison des contraintes sanitaires.
La crise liée au Covid-19 a induit un choc économique de grande ampleur dont il est difficile de prévoir les conséquences sur la demande européenne en véhicules de loisirs.

À court terme, les restrictions relatives aux rassemblements de personnes sur un même lieu pourraient perturber voire même empêcher la tenue des foires et salons d'automne et les distributeurs fragilisés pourraient réduire leurs engagements de mise en gamme. Dans ce contexte, Trigano intensifiera ses efforts de maîtrise de son besoin en fonds de roulement et restera attentif à l'évolution de la demande pour adapter ses moyens de production et le niveau de ses frais généraux.
À moyen et long terme, les perspectives de Trigano sur les principaux marchés européens sont positives.
En effet le mode de loisirs rendu possible par le camping-car est un mode individuel qui permet d'éviter les moyens collectifs de restauration, d'hébergement et de transport. Cela donne au camping-car un avantage décisif de sécurité sanitaire qui sera d'autant plus pris en compte par les consommateurs après l'épidémie que nous subissons. Par ailleurs, les taxes basées sur les émissions de CO2 des camping-cars ont pu être totalement levées au Royaume- Uni et devraient l'être largement en Suède.

"Nous attendons à présent une décroissance de 17,8% au S2 et de 8% sur l'année à 2.142 ME" commente Portzamparc qui attend, d'un point de vue opérationnel, un repli de la MOC S2 de 295bp à 6,2% pour un recul annuel de 200 bp à 7%. "Le groupe manque de visibilité mais jouit toujours d'un bon niveau de commandes" poursuit l'analyste qui abaisse malgré tout son objectif de cours de 107 à 95 euros tout en restant à l'achat.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !