Cotation du 30/07/2021 à 17h39 TotalEnergies (ex-Total) -2,15% 36,700€
  • TTE - FR0000120271
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

TotalEnergies : une transformation ET une revalorisation du titre ?

TotalEnergies : une transformation ET une revalorisation du titre ?
TotalEnergies : une transformation ET une revalorisation du titre ?
Crédit photo © TotalEnergies

(Boursier.com) — TotalEnergies maintient son haut rendement malgré sa transformation. Patrick Pouyanné, Président-directeur général du groupe, s'est expliqué dans un discours à l'occasion de l'assemblée générale du géant pétrolier, discours relayé ce jour. Le dirigeant de TotalEnergies a qualifié l'assemblée d'historique, du fait de la transformation de l'ex-Total en une compagnie multi-énergies, acteur majeur de la transition énergétique, dont la stratégie "va s'ancrer dans son nom même, celui de votre société, TotalEnergies".

Le groupe a prouvé sa résilience avec une génération de cash flow de près de 18 milliards de dollars en 2020. La production s'est élevée à 2,9 millions de barils équivalents par jour, en baisse de 5% par rapport à l'année précédente du fait du respect des quotas de production décidés par les pays de l'OPEP+. Le résultat net, ajusté des éléments exceptionnels, s'est établi, "certes en fort retrait par rapport à 2019, à 4,1 milliards de dollars, mais a résisté grâce notamment au plan d'action mis en oeuvre résolument". Le point mort, c'est-à-dire le niveau du prix du pétrole qui permet de financer les investissements organiques, s'est établi à 26$ du baril en 2020.

Le groupe a procédé à des dépréciations exceptionnelles d'actifs pour un montant global de plus de 10 milliards de dollars, ce qui a conduit à un résultat net comptable en perte de 7,2 milliards de dollars. Ces dépréciations ont été le résultat d'une revue du portefeuille des actifs pétroliers et gaziers qui avaient des réserves longues au-delà de 2050 et des coûts de production élevés. Elles ont essentiellement concerné les sables bitumineux canadiens, secteur dans lequel le groupe a décidé de ne plus investir dans aucun nouveau projet.

Mais le résultat comptable qui en est résulté "ne doit pas masquer les bonnes performances opérationnelles et la réalité des fondamentaux économiques". Comme vient d'ailleurs de le démontrer, le premier trimestre 2021 avec un fort rebond du résultat net ajusté à 3 milliards de dollars sur un seul trimestre, car le groupe tire pleinement parti de prix du pétrole et du gaz en hausse et de sa stratégie de croissance dans le GNL et les Renouvelables et l'Electricité.

Les perspectives s'améliorent avec un résultat au premier trimestre 2021 supérieur à celui du premier trimestre 2019 notamment grâce au plan d'action mis en oeuvre en 2020, mais aussi aux résultats du secteur GNL/Renouvelables/Electricité qui a atteint, pour la première fois de son histoire, un résultat opérationnel net ajusté de 1 milliard de dollars.

Total sort de la crise avec un ratio d'endettement qui est revenu sous la barre des 20% dès la fin du premier trimestre et un point mort sous les 25 dollars du baril.

Le groupe n'a pas réduit son dividende. "Cette décision a été mûrement réfléchie, et le Conseil d'administration a décidé de le maintenir contrairement à ce qu'ont fait nos principaux concurrents européens", explique son dirigeant.

Le maintien du dividende reflète la confiance de TotalEnergies dans ses fondamentaux et sa capacité à opérer "un pilotage fin trimestre après trimestre, lié à la remontée progressive des prix des hydrocarbures".

Ainsi, le groupe maintient un rendement élevé de 6-7%. Le Conseil espère que la transformation engagée "conduira à une revalorisation du cours de l'action - tout en maintenant notre engagement historique puisque je rappelle que le dividende de votre Société n'a pas baissé depuis 1982, soit près de 40 ans".

Sur ces bases, le Conseil a donc décidé d'engager une transformation en une compagnie multi- énergies avec l'ambition d'être "un acteur majeur de la transition énergétique et de devenir un des 5 premiers producteurs d'énergies renouvelables d'ici 2030". TotalEnergies entend devenir, en quelque sorte, une 'major de l'énergie verte'. Ce processus de transformation a en fait commencé début 2016 dans la foulée de la signature de l'Accord de Paris avec la publication du premier accord climat et la création d'une branche d'activité dédiée à l'électricité et au gaz. Mais c'est 2020 qui a été véritablement une année charnière...

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !