»
»
»
»
Consultation
Cotation du 20/09/2018 à 17h38 Total +1,28% 54,740€

Total annonce un résultat net ajusté pdg de 3,553 Mds$ au deuxième trimestre

Total annonce un résultat net ajusté pdg de 3,553 Mds$ au deuxième trimestre
Total annonce un résultat net ajusté pdg de 3,553 Mds$ au deuxième trimestre
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Total publie un résultat net ajusté part du Groupe de 3,553 Mds$ au deuxième trimestre 2018, en hausse de 44% par rapport à l'année dernière. Cette augmentation s'explique essentiellement par la hausse de 52% de la contribution des secteurs partiellement compensée par une augmentation du coût net de la dette nette du fait de la remontée des taux d'intérêt en dollar.
Le résultat net pdg est de 6,437 Mds$ au premier semestre 2018, en hausse de 28% sur un an pour les mêmes raisons.
Le résultat net ajusté exclut l'effet de stock après impôt, les éléments non-récurrents et les effets des variations de juste valeur.

La production d'hydrocarbures est de 2 717 kbep/j au T2, en hausse de 8,7% sur un an.

Le cash flow net du Groupe ressort à 3,886 Mds$ au deuxième trimestre 2018 contre 1 489 M$ au deuxième trimestre 2017, grâce notamment à une hausse de 20% de la marge brute d'autofinancement et à 5,117 Mds$ au premier semestre 2018 contre 5,396 Mds$ au premier semestre 2017. Les investissements nets sont en hausse de 2,027 Mds$ sur un an, du fait d'un montant plus élevé d'acquisitions finalisées, en ligne avec la stratégie d'investissements à contre-cycle du Groupe en 2016-17. Cet effort d'investissement effectué au bon moment est compensé en partie par une hausse de 1 748 M$ de la marge brute d'autofinancement.

Synthèse et perspectives

Soutenu par la baisse des stocks et les tensions géopolitiques, le Brent continue d'évoluer autour de 70 $/b depuis le début du troisième trimestre, malgré la hausse annoncée de production de l'OPEP. Le Groupe poursuit cependant résolument la mise en oeuvre de ses programmes visant à améliorer son efficacité opérationnelle et baisser son point mort afin de rester rentable quel que soit le contexte de marché.
L'Amont est bien positionné pour tirer parti de cette hausse des cours du pétrole grâce à une hausse de production qui devrait être supérieure à 7% en 2018. Il bénéficiera dans les mois à venir des démarrages des projets de Kaombo, Tempa Rossa, Ichthys et Egina qui sont tous fortement générateurs de cash flow, ainsi que de la montée en puissance des démarrages récents comme Yamal LNG, Fort Hills et Timimoun.
Depuis le début du troisième trimestre, la marge de raffinage européenne est d'environ 35 $/t. Tout en restant favorables, les marges de pétrochimie sont en baisse en Europe sur un an.

Le programme de réduction des coûts se poursuit pour dépasser l'objectif annuel de 4 milliards de dollars et atteindre 4,2 milliards de dollars d'économie sur la période 2014-18. Le Groupe confirme que les investissements (organiques et acquisitions nettes de cessions) devraient s'établir entre 16 et 17 milliards de dollars en 2018.
Conformément aux annonces sur la politique de retour aux actionnaires, le Groupe continuera de racheter les actions émises dans le cadre du paiement du dividende en actions afin d'éliminer toute dilution. Il poursuivra également des rachats d'actions supplémentaires pour un montant allant jusqu'à 5 milliards de dollars sur la période 2018-20.

Le Conseil d'administration de Total, réuni le 25 juillet 2018 sous la présidence de Patrick Pouyanné, Président directeur général, a arrêté les comptes du Groupe pour le deuxième trimestre 2018. En commentant les résultats, Patrick Pouyanné a déclaré : "Les prix du pétrole ont continué leur hausse ce trimestre atteignant 74 $/b, soutenus notamment par la baisse des stocks et les tensions géopolitiques. Total en a pleinement tiré parti en restant concentré sur son efficacité opérationnelle : le résultat net ajusté s'est établi à 3,6 milliards de dollars, en hausse de 44% sur un an, et la rentabilité des capitaux propres atteint 10,9% sur les 12 derniers mois. Le Groupe a généré 6,8 milliards de dollars de cash flow (DACF) au deuxième trimestre 2018 en hausse de 20% par rapport au premier trimestre 2018 alors que le prix du brut n'a augmenté que de 11%, en ligne avec les objectifs annuels. La discipline sur les dépenses est résolument maintenue et le point mort organique avant dividende continue de baisser, à moins de 25 $/b ce trimestre. La production d'hydrocarbures connait une très forte croissance de 8,7% sur un an à 2,7 Mbep/j, du fait de la contribution de Maersk Oil et de la montée en puissance des nouveaux projets comme Yamal LNG, Moho Nord et Fort Hills. Le résultat opérationnel net ajusté de l'Exploration-Production a ainsi doublé sur un an, à 2,7 milliards de dollars au deuxième trimestre 2018 et le secteur a généré 5,1 milliards de dollars de cash flow sur ce trimestre. Total a par ailleurs lancé le développement du projet Zinia 2 en Angola, après en avoir réduit les coûts de plus de 50%. Le Groupe continue de se développer activement dans la chaîne de valeur du gaz et de l'électricité. Total est devenu numéro 2 mondial du GNL, un marché en forte croissance, en finalisant l'acquisition d'Engie LNG. Le Groupe a également annoncé son entrée à hauteur de 10% dans le projet géant de Arctic 2 LNG en Russie. Il a de plus finalisé l'acquisition de 73% de Direct Energie, pour accélérer l'intégration aval dans la chaine gaz-électricité, et a déposé une offre sur le reste du capital. Dans un environnement de marge de raffinage européenne de 35 $/t, l'Aval a généré 1,7 milliards de dollars de cash flow au deuxième trimestre, en ligne avec l'objectif annuel. En particulier, le Marketing & Services confirme sa croissance régulière et rentable. Le Groupe prépare son futur en pétrochimie en lançant les études relatives à un nouveau complexe géant intégré à la raffinerie SATORP avec Saudi Aramco et à un nouveau projet en Algérie avec Sonatrach. Conformément à la politique annoncée de retour à l'actionnaire, le Groupe rachète depuis le début de l'année 2018 toutes les actions émises dans le cadre du paiement du dividende en actions. En outre, il a procédé au rachat d'actions pour un montant de 600 millions de dollars afin de partager avec ses actionnaires les bénéfices résultant des prix du pétrole élevés."

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com