»
»
»
»
Consultation
Cotation du 17/08/2018 à 23h20 Tesla Motors Inc -8,93% 305,500$
  • TSLA - US88160R1014
  •   PEA
  • + Ajouter à : Mes Listes

Tesla rechute, la SEC intensifierait son examen

Tesla rechute, la SEC intensifierait son examen
Tesla rechute, la SEC intensifierait son examen
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le titre Tesla replongeait finalement de 4,8% hier en clôture à 352,4$ sur le Nasdaq, après un repli de 2,4% mercredi. Le titre évolue désormais 16% en dessous du prix de l'offre supposée de retrait. Le dossier capitalise un peu moins de 60 milliards de dollars... Elon Musk, lui, n'en démord pas, relayant sur Twitter un sondage mené par le site spécialisé Electrek, sondage selon lequel les lecteurs seraient très majoritairement favorables à une sortie de la cote de Tesla.

Tesla ne devrait toutefois pas échapper à une enquête de la SEC, gendarme américain des marchés financiers, si l'on en croit CNBC, qui cite notamment des spécialistes du droit des marchés. L'autorité financière devrait donc mener son investigation au sujet des 'tweets' d'Elon Musk, patron de Tesla, concernant une éventuelle sortie de la cote de la compagnie californienne. D'ailleurs, selon le 'Wall Street Journal', la Securities and Exchange Commission aurait déjà demandé des renseignements à ce sujet ! 'Bloomberg' affirme de son côté que la SEC 'intensifierait' l'examen du dossier, après les tweets de Musk.

Possible manipulation de marché

Depuis l'intervention de Musk mardi soir, faite d'une série de 'tweets' ayant précédé un communiqué officiel du groupe relatif au projet de sortie de la bourse, les débats font rage concernant la méthode de communication du patron de Tesla, certains évoquant même une possible manipulation de marché. D'après CNBC, qui cite des spécialistes du droit des marchés, Musk risque de possibles sanctions pénales civiles et même criminelles, s'il n'a pas effectivement sécurisé comme promis le financement de l'opération.

La SEC intensifie son examen

D'anciens membres de la SEC expliquent à CNBC que l'autorité de marché a déjà ouvert un dossier et cherche de la documentation afin de confirmer les commentaires de Musk. Il faut donc espérer que le financement est bien bouclé, et que le dirigeant de Tesla n'a pas tweeté de manière trop impulsive... En effet, la règle 14e-8 de la SEC interdit purement et simplement à des compagnies cotées d'annoncer des plans d'achat ou de vente de titres si les dirigeants n'entendent pas donner suite, n'ont pas les moyens de les finaliser, ou tentent de manipuler les cours.

L'agence Bloomberg a confirmé hier soir que la SEC examinait les derniers événements. Si l'on en croit l'agence, le gendarme boursier américain avait déjà amassé des informations concernant les communiqués antérieurs de Tesla à propos de ses ventes et de ses objectifs de production. Rappelons que le groupe a rarement tenu ces derniers, mais est parvenu récemment à atteindre son objectif de production de 5.000 Model 3 par semaine en fin de second trimestre.

Elon Musk a-t-il bluffé ?

Harvey Pitt, l'ancien patron de la SEC, résume ainsi la situation pour CNBC : "Il prétend qu'il y a une source spécifique de financement alors cela a intérêt à être vrai. Il a aussi prétendu qu'il y avait un montant spécifique disponible pour le financement. Cela devra être vrai. Autrement, même si cela ne relevait pas de la manipulation, cela serait de la fraude, alors il a deux potentielles zones de difficulté ici".

Elon Musk avait surpris mardi soir par plusieurs tweets, postés en pleine séance, faisant état de sa volonté de sortir son groupe de la cote à un prix de 420$. Le groupe avait ensuite communiqué plus clairement durant une brève suspension du cours à Wall Street, avant une courte reprise de cotation pour terminer la journée... "Je considère une sortie de la cote de Tesla à 420$. Financement sécurisé", avait donc tweeté le charismatique leader de Tesla.

"Mon espoir est que tous les investisseurs actuels restent avec Tesla même si nous sortons de la bourse. Je créerais un fonds spécialement dédié permettant à chacun de rester aux côtés de Tesla. Je fais déjà cela avec l'investissement de Fidelity dans SpaceX", avait ajouté Musk. "Les actionnaires pourraient soit vendre à 420, soit conserver leurs titres et sortir de la cote"...

Musk avait ensuite relayé le communiqué du groupe avec ce commentaire : "Le soutien des investisseurs est confirmé. La seule raison pour laquelle cela n'est pas certain est que cela dépend du vote des actionnaires". Le communiqué était présenté comme un message électronique adressé hier aux employés de Tesla.

Une opération de 71 milliards de dollars

Le prix indicatif de 420$ par titre fait ressortir une valorisation de 71 milliards de dollars pour l'ensemble du groupe. De plus, Tesla est endetté à hauteur d'environ 10 milliards de dollars. Point positif toutefois, la récente flambée du cours consécutive aux messages de Musk a porté l'action au-dessus du prix de conversion d'une dette convertible de 2,3 Mds$, réduisant potentiellement les futures obligations du groupe en termes de trésorerie, comme le relevait 'Reuters' cette semaine.

D'où viendrait l'argent ?

Tesla n'a cependant pas précisé quelles étaient les sources potentielles de financement du 'deal'. CNBC affirme que les banquiers de Wall Street ne sont pas non plus au courant, ce qui signifierait que les fonds proviendraient d'ailleurs. Compte tenu de la taille de la transaction, des analystes et banquiers cités par CNBC jugent cela improbable. Une telle opération demanderait en effet plusieurs banques et un intérêt "relevant du culte" pour Tesla et Musk... Colin Langan, analyste d'UBS, juge ainsi que "des nouvelles du deal auraient filtré si Tesla avait déjà mené des discussions pour sécuriser le financement".

Selon 'Reuters', même le Conseil d'administration de Tesla n'aurait pas été informé des identités des investisseurs supposés susceptibles de financer l'opération. Le 'board' n'aurait pas non plus reçu de plan détaillé de financement, et chercherait à obtenir plus d'informations.

Finances tendues

Enfin, les sceptiques cités par CNBC pointent du doigt la situation financière du groupe, qui ne le place pas forcément en bonne position pour négocier une opération de 71 Mds$. En effet, Tesla a perdu près de 2 milliards de dollars l'an dernier et a grillé 1,8 milliard de dollars de cash après investissements à ce stade de l'année. Le groupe disposait de 2,2 Mds$ en cash à fin juin.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com