Accueil
»
Bourse
»
Actions New-York
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 26/10/2020 à 14h41 Apple +0,47% 115,579$
  • AAPL - US0378331005
  •   PEA
  • + Ajouter à : Mes Listes

Technos : sky's the new limit

Technos : sky's the new limit
Technos : sky's the new limit
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les arbres ne montent pas jusqu'au ciel. Ce vieil adage boursier semble avoir du mal à refléter la réalité du moment. A Wall Street tout du moins, où les indices enchaînent les records, dopés par les valeurs technologiques. Et ce alors que les Etats-Unis viennent de connaitre la plus importante contraction de l'économie de leur histoire avec une chute du PIB de 31,7% au deuxième trimestre (en rythme annualisé). C'est là tout le contraste.

Dans un environnement marqué par des taux très bas, voire négatifs, les investisseurs peuvent compter sur le soutien massif des Banques centrales, Fed en tête, qui injectent des centaines de milliards de dollars dans le système financier. Mais certaines sociétés cotées à New York profitent davantage que d'autres de ce contexte, en premier lieu les grands noms de la tech américaine.

Les GAFA au firmament

La crise liée à la pandémie de Covid-19 a en effet donné un nouveau souffle aux GAFA (Google, Facebook, Amazon, Apple) que rien ne semble désormais pouvoir arrêter, pas même la Maison-Blanche. Malgré l'opposition de certains élus du Congrès compte tenu de la place prépondérante qu'occupent désormais ces géants dans la société américaine, et mondiale, les quatre firmes californiennes continuent à séduire les investisseurs, attirés par leur croissance exponentielle, leurs dizaines de milliards de bénéfices, et ce en dépit de valorisations stratosphériques.

Apple pèse plus de 2.000 milliards de dollars

Après une progression de 70% depuis le premier janvier, Apple pèse désormais plus de 2.000 milliards de dollars en bourse. Signe qui ne trompe pas, la firme à la pomme a récupéré son titre de première capitalisation mondiale, au détriment de Saudi Aramco, le colosse saoudien du pétrole, qui pâtît pour le coup de la crise actuelle. Amazon n'est pas en reste avec un bond de plus de 80% et une valorisation d'environ 1.700 Mds$. Le roi des logiciels d'entreprises, Microsoft, fait jeu égal avec le géant du e-commerce avec un titre en hausse de 45% en 2020. Enfin, malgré un parcours moins impressionnant, Google (Alphabet) poursuit sa marche en avant (+22%) avec une capitalisation de près de 1.100 Mds$.

Les GAFA, mais pas que...

Derrières les GAFA, d'autres grands noms de la tech américaine profitent à plein de cet enthousiasme pour le secteur et du changement d'habitudes des consommateurs de plus en plus friands du numérique. Les performances de Netflix (+65% en 2020), Salesforces.com (+68%), Nvidia (+118%) ou encore Slack (+43%) ont de quoi faire rougir certains poids lourds du CAC40. On n'oubliera pas de citer Tesla dont le titre a explosé cette année (multiplié par cinq) sur fond de développement du marché de l'automobile électrique et des paris fous de son fantasque patron Elon Musk.

La fête du split

Compte tenu de l'envolée de leurs actions, certaines stars du Nasdaq ont décidé de réduire la valeur de leurs titres afin de les rendre plus abordables aux investisseurs, notamment particuliers. Dans le jargon boursier, on appelle cette opération un split. Apple et Tesla sont en train de procéder à un tel fractionnement de telle sorte que dès lundi prochain, chaque titre Tesla verra sa valeur être divisée par cinq (il y aura cinq fois plus d'actions sur le marché). Apple réalisera la même opération sur la base d'un split par quatre. Le fabricant de l'iPhone a déjà eu recours à ce procédé par quatre fois dans le passé... signe d'un engouement loin d'être éphémère.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !