Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 30/10/2020 à 17h35 Veolia Environnement +0,88% 15,990€
  • VIE - FR0000124141
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Conserver
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Suez / Engie / Veolia : tic-tac, tic-tac

Suez / Engie / Veolia : tic-tac, tic-tac
Suez / Engie / Veolia : tic-tac, tic-tac
Crédit photo © Suez

(Boursier.com) — L 'horloge tourne. Veolia n'a plus que quelques heures pour remettre son offre améliorée à Engie pour le rachat de la majeure partie de sa participation dans Suez. En attendant, alors qu'étrangement aucune indication sur le nouveau prix qu'offrira le numéro un mondial des services à l'environnement n'a réellement fuité, Jean-Pierre Clamadieu a, à son tour, tiré à boulets rouges sur la direction de Suez tout en admettant être également sous pression compte tenu du timing très serré.

Devant une audition parlementaire, le président d'Engie a indiqué ce matin que lorsque Veolia soumettra sa nouvelle proposition, ce sera "une très, très lourde responsabilité" pour les membres du Conseil d'administration d'Engie de considérer cette offre ou de risquer de perdre une opportunité: "si cette offre expire, nous n'en avons plus. Alors me suggérez-vous de faire le pari qu'il y en aura peut-être une autre ? C'est une décision extrêmement difficile pour le conseil d'administration. Nous lâchons la proie pour l'ombre... Si demain l'offre de Veolia vient à expiration, le cours de Suez va redescendre là où il était avant : 12 euros. Notre participation aura perdu un milliard d'euros de valeur", a ajouté le dirigeant.

Quant à la direction de Suez, elle en a donc encore pris pour son grade : "quand j'entends les dirigeants de Suez expliquer qu'ils vont payer trois milliards d'euros dans les deux prochaines années, je me dis que ce n'est pas raisonnable ! Engie cette année a décidé de ne pas payer de dividende bien que nous ayons un business model bien plus résistant que celui de Suez de par nos activités régulées", a déclaré Jean-Pierre Clamadieu.

En outre, la décision de Suez de placer Suez Eau France dans une fondation de droit néerlandais pour 4 ans a beaucoup de mal à passer : "cela nous a beaucoup surpris parce qu'on est un peu en dehors du 'playbook' de l'OPA dans un pays civilisé... Le fait de mettre la clef d'actifs dont on dit qu'ils sont stratégiques et importants pour le pays dans les mains d'une fondation néerlandaise opaque, dont on ne sait pas qui va la diriger (...). Tout ceci, entre nous, nous paraît sortir de la relation normale d'affaires entre une entreprise et ses actionnaires".

Le gouvernement ne cèdera pas aux pressions des deux parties, a de son côté réitéré le ministre de l'Economie et des Finances sur 'France Inter'. Bruno Le Maire a réitéré son appel pour que Veolia et Suez tiennent des discussions : "ce sont deux grandes entreprises industrielles du traitement des déchets et de la gestion de l'eau, elles sont connues de tous les Français. Elles ne vont pas donner le spectacle d'une guerre industrielle au moment où on est confronté à une crise économique. Je les appelle à la sagesse et au sens des responsabilités".

"L'État fera respecter les conditions qu'il a mises : la protection de l'emploi, la protection de l'empreinte industrielle, une offre qui soit à majorité française, et enfin, pas de guerre entre deux grands industriels français", a ajouté le ministre, alors que l'Etat détient 24% d'Engie et estime qu'il ne faut pas se précipiter pour conclure un accord.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Actualités Veolia Environnement