Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 25/09/2020 à 17h35 Spie -1,11% 14,250€
  • SPIE - FR0012757854
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Acheter
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Spie : en nette hausse après les comptes

Spie : en nette hausse après les comptes
Spie : en nette hausse après les comptes
Crédit photo © Spie

(Boursier.com) — Spie grimpe de 6,5% à 12,40 euros ce mercredi, alors que la production consolidée s'est établie à 1.597,3 millions d'euros au T1 2020, en hausse de +2,7 % par rapport au T1 2019. La croissance organique a affiché une bonne résilience compte tenu du contexte, à -0,2%. Les acquisitions bolt-on ont contribué à la croissance à hauteur de +2,9%. La cession, en mars 2020, des activités de maintenance itinérante de SPIE UK a eu un impact de -0,3% au niveau du Groupe. Les variations de change ont eu un effet positif de +0,4%.
L'EBITA du Groupe s'est élevé à 58,4 millions d'euros au T1 2020, en progression de +2,6% par rapport au T1 2019. La marge d'EBITA est restée stable à 3,7%. L'amélioration enregistrée dans le segment North-Western Europe a compensé une baisse en France, liée aux premiers impacts de la crise du Covid-19.

Afin de protéger ses salariés et clients face à la propagation du Covid-19, SPIE a mis en place, dès le mois de février et dans toutes ses entités, des mesures sanitaires strictes et a mené de très larges actions de communication.
Pays par pays, des mesures appropriées ont été mises en oeuvre pour s'adapter à la situation. Des méthodes spécifiques ont été établies pour assurer autant que possible la continuité de nos services, en accord avec nos clients, tout en garantissant une protection sanitaire efficace à l'ensemble des personnes impliquées.

Mise en oeuvre rapide de mesures de réduction de coûts

SPIE a rapidement réagi à l'impact de la crise liée au Covid 19, en utilisant immédiatement l'importante part variable de ses coûts d'exploitation, dans l'ensemble de ses implantations.
Les coûts relatifs à la sous-traitance, aux achats et au personnel intérimaire (représentant au total 50% des coûts d'exploitation en 2019) ont été très rapidement et drastiquement réduits là où cela était nécessaire.
Une grande partie de nos coûts fixes ont été ajustés à des niveaux d'activité plus bas : les coûts de personnel ont été compensés, dans la mesure du possible, par les dispositifs de chômage partiel disponibles dans la plupart des pays où le Groupe est implanté. Il demeure néanmoins une part limitée de coûts fixes qui pèsera sur les marges pendant les périodes de confinement, périodes durant lesquelles les baisses de production sont inhabituellement fortes mais très limitées dans le temps.

Rémunération des dirigeants et dividende

Par solidarité avec les employés du Groupe concernés par le chômage partiel, le Président-directeur général a décidé de réduire sa rémunération de 25% pendant la période de confinement. Les administrateurs et cadres dirigeants ont également décidé de réduire leur rémunération pendant cette période.
Pour répondre aux enjeux sociétaux imposés par la crise du Covid-19, le Conseil d'Administration a proposé le 8 avril 2020 de ne pas verser le solde du dividende au titre de l'exercice 2019. Il a, de ce fait, décidé de soumettre au vote de la prochaine Assemblée générale des actionnaires le versement d'un dividende total limité à 0,17 euro par action, correspondant strictement à l'acompte versé en septembre 2019 (à comparer à la proposition précédente d'un dividende total de 0,61 euro par action).

La liquidité du Groupe au début de l'année 2020 était très élevée, excédant 1,4 milliard d'euros, dont 867 millions d'euros de trésorerie nette et une ligne de crédit revolving non tirée de 600 millions d'euros. Cette ligne de crédit revolving a été intégralement tirée à titre préventif en mars. Le Groupe n'a aucune échéance de dette avant 2023. Par ailleurs, la dette bancaire de SPIE est soumise à un covenant, mesuré uniquement en fin d'année et portant sur un ratio de levier financier inférieur ou égal à 4,0x (pour référence, le levier financier de SPIE à fin décembre 2019 était de 2,7x).

SPIE évalue l'impact potentiel de la crise du Covid-19 sur ses cibles d'acquisition actuelles. Le Groupe examinera également les nouvelles opportunités pouvant découler de cette crise à l'avenir.

Perspectives 2020

Le 11 mars 2020, à l'occasion de la publication de ses résultats annuels 2019, le Groupe a communiqué ses objectifs pour 2020 sous l'hypothèse d'une absence de détérioration majeure de la situation liée au Covid-19. À la lumière des développements qui ont suivi, ces objectifs ont été suspendus le 27 mars 2020.
À la date de ce communiqué, SPIE n'est pas en mesure de fournir de nouveaux objectifs pour 2020, l'impact de la crise liée au Covid-19 sur ses résultats ne pouvant être estimé avec précision.

"Avec un confinement toujours en place dans de nombreux pays au mois d'avril/mai, l'activité du T2 marquera un retrait plus prononcé" commente Portzamparc qui souligne que l'impact sur la rentabilité devrait être atténué par les mesures mises en place par Spie : ajustement rapide et fort sur 50% des coûts d'exploitation en 2019. Conclusion : "Nous réviserons potentiellement notre scénario 2020 (CA -0,2% organique / EBITA -1%) après la conférence du jour". De quoi viser en attendant un cours de 16,50 euros tout en restant à l'achat sur le dossier.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !