Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 05/08/2020 à 17h35 Lagardere +4,45% 13,840€
  • MMB - FR0000130213
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Conserver
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Rien n'arrêtera Arnaud Lagardère pour sauvegarder l'intégrité de l'entreprise Lagardère

Rien n'arrêtera Arnaud Lagardère pour sauvegarder l'intégrité de l'entreprise Lagardère
Rien n'arrêtera Arnaud Lagardère pour sauvegarder l'intégrité de l'entreprise Lagardère
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Arnaud Lagardère n'est pas près de laisser tomber le navire qui porte son nom ! A la suite de dernières semaines mouvementées, marquées par de multiples attaques du fonds activiste Amber Capital, qui souhaitait notamment renouveler le conseil de surveillance et revoir la structure de la société lors de la dernière AG, le patron du groupe Lagardère affirme qu'il s'opposera "personnellement à tout démantèlement".

Dans un entretien aux "Echos", l'associé-commandité et gérant de Lagardère SCA, affirme : "l'AG a donné son accord à la stratégie du groupe, à sa gouvernance, et aussi, à la commandite. Ceci dit, la commandite, ce n'est pas vraiment le sujet d'Amber. Leur sujet c'est de gagner de l'argent, le plus vite possible, en démantelant le groupe. Pour arriver à cela, ils doivent prendre le contrôle et donc faire tomber la commandite. Ce groupe a été créé par mon père. Il porte mon nom. C'est ma vie, c'est mon combat et rien ne m'arrêtera pour sauvegarder l'intégrité de l'entreprise et de ses deux branches. Mon rêve, c'est de faire de nos deux métiers principaux, l'édition et le " travel retail ", des numéros un mondiaux".

A ce titre, le dirigeant n'écarte pas une éventuelle reprise de Simon & Schuster : "si l'opportunité d'un rachat se présente, bien sûr qu'on ira. D'ailleurs nous sommes déjà présents aux Etats-Unis. Tous les acteurs du livre regardent le dossier".

Régulièrement attaqué pour son endettement personnel qui passerait avant les intérêts de son groupe, Arnaud Lagardère se défend. S'il admet que sa dette personnelle est supérieure à la valeur de sa participation dans Lagardère, il explique : "si j'avais voulu vraiment rembourser mes emprunts au Crédit Agricole, c'était facile, il aurait suffi que je distribue 100% de la plus-value des cessions de Canal+ et d'EADS, c'est tout, et je ne l'ai pas fait. L'allégation selon laquelle je gère le groupe de façon à préserver mon intérêt personnel est complètement fausse et très blessante ! D'ailleurs, j'ai rarement vu des actionnaires se plaindre du dividende qui à chaque fois était largement voté".

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !