Accueil
»
Bourse
»
Actions New-York
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 26/10/2020 à 21h15 Pfizer -0,68% 37,920$
  • PFE - US7170811035
  •   PEA
  • + Ajouter à : Mes Listes

Résultats US : la santé, secteur le plus mal-aimé de Wall Street !

Résultats US : la santé, secteur le plus mal-aimé de Wall Street !
Résultats US : la santé, secteur le plus mal-aimé de Wall Street !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Paradoxal . A Wall Street, le secteur de la santé est celui dont les analystes financiers attendent la plus forte hausse des bénéfices pour ce premier trimestre 2019, et pourtant, le secteur est en berne en Bourse depuis le début de l'année.

Ainsi, tandis que le Dow Jones a gagné plus de 14% cette année, le S&P 500 17% et le Nasdaq Composite a grimpé d'environ 22%, l'indice S&P 500 sectoriel de la santé (Health care) a reculé de 0,6%... C'est le seul des 11 indices sectoriels du S&P 500 a avoir ainsi baissé depuis le début de l'année.

L'indice S&P 500 Healthcare avait pourtant effectué un parcours sans faute depuis près de 10 ans : de janvier 2009 au 1er octobre 2018, il avait été multiplié par quatre, avant d'entamer une vive correction fin 2018. Mais contrairement aux autres secteurs, il n'a pas profité du rebond général observé depuis le début 2019, alors que la santé est traditionnellement considérée comme un secteur tout à la fois défensif et offrant de belles perspectives de croissance.

Les projets de sécurité sociale pour tous aux Etats-Unis dépriment le secteur

Cette sous-performance s'est poursuivie ces derniers jours malgré l'annonce de résultats meilleurs que prévu de plusieurs grands noms, dont UnitedHealth Group, Centene, Johnson & Johnson et Anthem ce mercredi. Mercredi toujours, Biogen a reculé malgré des comptes supérieurs aux attentes. En revanche, Boston Scientific a quelque peu déçu tant sur ses bénéfices que sur ses ventes.

Outre des rotations sectorielles opérées par des investisseurs quittant les valeurs défensives, la principale cause du désamour des marchés pour le secteur de la santé est à rechercher du côté de la politique intérieure aux Etats-Unis. Les analystes se sont ainsi fortement inquiétés des projets de réforme du système de santé mis en avant par les candidats démocrates à l'élection présidentielle de 2020.

Le sénateur démocrate Bernie Sanders, l'un des favoris pour l'investiture de son parti, a ainsi proposé la semaine dernière un système de minimum santé pour tous (Medicare for all) qui éliminerait pratiquement tous les dispositifs d'assurance maladie privée au profit d'un programme public ouvert à tous les Américains. Cette forme d'étatisation du système de santé aurait des conséquences baissières sur les prix des prestations et des médicaments outre-Atlantique, selon les analystes.

La firme d'investissement Jefferies a cependant estimé dans une note publié cette semaine que la mauvaise performance des valeurs de santé "a peu de choses à voir avec leurs fondamentaux", qui restent bien orientés. Le courtier conseille de procéder à des achats sélectifs dans le secteur à commencer par Abbott Laboratories, Amgen, Gilead et Quest Diagnostics.

La santé, un des seuls secteurs dont les bénéfices sont attendus en hausse au T1

Selon le consensus compilé par la cabinet Factset, les bénéfices des quelque 62 valeurs de l'indice S&P 500 de la santé (S&P 500 Health care) devraient voir leurs bénéfices augmenter globalement de 4,4% par rapport au premier trimestre 2018, alors que pour l'ensemble du S&P 500 les profits sont attendus en baisse de 3,9%. Il s'agirait de la plus forte hausse parmi les 11 grands indices sectoriels du S&P 500. Outre la santé, seuls l'immobilier (+2,7%) et les services collectifs (+4,2%) devraient dégager une légère hausse de leurs bénéfices, les profits des autres secteurs étant attendus en baisse à ce stade des publications.

Toutefois, au sein de ce groupe de valeurs (qui comprend aussi bien les assureurs-santé que les hôpitaux, les fournisseurs d'équipement médical, les biotechs et les laboratoires pharmaceutiques), les groupes pharmaceutiques (Pfizer, Merck & Co, Bristol-Myers Squibb...) devraient moins bien s'en tirer, avec des bénéfices en recul de 4% sur un an. En revanche, les fournisseurs de services de santé (dont les hôpitaux) devraient voir leurs profits grimper de 16%.

Quant au chiffre d'affaires du secteur, il est attendu en hausse de 13,2% au premier trimestre sur un an, une croissance bien supérieure à celle du S&P 500 (+5% attendu).

Voici les principales capitalisations boursières du secteur, dont les résultats vont donner le ton dans les prochaines semaines : les assureurs santé UnitedHealth Group, Anthem, Cigna, Centene, les laboratoires Pfizer, Merck & Co, Abbott Laboratories, Eli Lilly, Bristol-Myers Squibb, Abbvie et Johnson & Johnson, les chaînes de pharmacies Walgreens Boots Alliance et CVS Health, le fabricant d'équipements Boston Scientific, les biotechs Amgen, Danaher, Gilead, Celgene et Biogen, ou encore HCA HealthCare, le premier groupe hospitalier américain.

©2019-2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !