»
»
»
»
Consultation
Cotation du 17/05/2019 à 22h15 JP Morgan Chase -0,49% 110,770$
  • JPM - US46625H1005
  •   PEA
  • + Ajouter à : Mes Listes

Résultats US : bilan plutôt bon pour les grandes banques !

Résultats US : bilan plutôt bon pour les grandes banques !
Résultats US : bilan plutôt bon pour les grandes banques !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les six plus grandes banques américaines ont dévoilé ces derniers jours leurs résultats du premier trimestre 2019. Malgré un environnement de marché difficile pour leurs activités de marché, elles ont affiché des bénéfices supérieurs aux attentes des analystes. En revanche, leurs revenus sont ressortis inférieurs au consensus pour trois d'entre elles, Citigroup, Bank of America et Goldman Sachs.

Avant le coup d'envoi des résultats, les analyses financiers s'attendaient à un recul des bénéfices du secteur financier du S&P 500 de l'ordre de 3,8% par rapport à la même période de 2018, selon le consensus compilé par Factset. Mais après les comptes des "big six" (JP Morgan, Bank of America, Citigroup et Wells Fargo, suivies de Goldman Sachs et Morgan Stanley) la baisse attendue n'est plus que de 0,5%, selon le point hebdomadaire de Factset publié jeudi. Il n'est donc pas exclu que le secteur affiche en fin de compte une progression de ses résultats, même si le deuxième trimestre s'annonce lui aussi difficile, les revenus nets d'intérêts risquant de souffrir de la pause de la Fed dans son cycle de hausse des taux.

Le 12 avril, JP Morgan Chase a ouvert le bal en affichant des bénéfices et des revenus records. Les bénéfices ont augmenté de 5% sur un an à 9,18 milliards de dollars et les revenus ont atteint 29,9 Mds (+5%). A Wall Street, le titre a flambé de 4,7% le jour de la publication.

Jamie Dimon, le patron de JPM, dont les propos sont très suivis par la communauté financière, a déclaré : "Au premier trimestre de 2019, nous avons enregistré des revenus et un bénéfice net records, une solide performance dans chacun de nos principaux secteurs d'activité et un environnement plus constructif. Même dans un contexte d'incertitude géopolitique mondiale, l'économie américaine continue de croître, l'emploi et les salaires augmentent, l'inflation est modérée, les marchés financiers sont sains et la confiance des consommateurs et des entreprises demeure forte", a-t-il conclu.

Des réactions contrastées en Bourse après les comptes

Wells Fargo a affiché le 12 avril des bénéfices en hausse de 14% sur un an, à 5,86 Mds$, et ses revenus ont reculé moins que prévu à 21,6 Mds$ (-1,4%) contre 21 Mds$ attendu.La réaction de la Bourse a cependant été négative (-2,6% le jour des comptes), la direction ayant prévenu que la marge d'intermédiation (net interest margin ou NIM) du groupe devrait baisser pour l'ensemble de 2019, citant les perspectives baissière sur les taux d'intérêts et une concurrence accrue sur le marché du crédit et des dépôts. Les marchés attendent aussi des évolution stratégiques de la part de Wells Fargo, plombé depuis des mois par une série de scandales et qui n'a pas encore trouvé son nouveau directeur général à titre définitif.

Citigroup a publié le 15 avril un bénéfice robuste, de 4,7 Mds$, en légère hausse de 2% par rapport à 2018, mais des revenus en légère baisse sur un an à 18,6 Mds$ (-2%), et inférieurs aux attentes. En Bourse, le titre a d'abord hésité (-0,07% le jour de la publication) avant de bondir de 2,86% le lendemain.

Les profits de Bank of America, annoncés le 16 avril, sont ressortis à 6,87 Mds$, un record, en hausse de 6% par rapport à 2018. En revanche, le produit net bancaire est resté quasi stable sur un an à 23 Mds$, alors que le consensus tablait sur des revenus de 23,3 Mds$. En Bourse, le titre de BAC a peu réagi (+0,17%) le jour de la publication.

La baisse des activités de trading met les banques d'affaires sous pression

Du côté des banque d'affaires, le tableau est contrasté. Goldman Sachs a nettement déçu le 15 avril, tandis que Morgan Stanley (17 avril) s'en est mieux sorti au premier trimestre, malgré un recul de ses résultats.

"GS" a vu son bénéfice net plonger de 18% sur un an à 2,25 Mds$, même s'il est ressorti supérieur aux attentes (5,71$ par action contre 4,89$ de consensus), mais les marchés ont peu apprécié la baisse de 13% des revenus, à 8,8 Mds$ contre 9 Mds de consensus. Le titre a chuté de 3,8% le jour de l'annonce des comptes. Le nouveau CEO, David Salomon n'a en outre pas annoncé le plan stratégique espéré pour redorer le blason de la plus vieille banque d'affaires de Wall Street. Celui-ci a été terni par la baisse des activités de trading, notamment obligataire, et l'implication de la banque dans une série de scandales financiers, dont celui du fonds 1MDB en Malaisie.

Morgan Stanley, l'autre grande banque d'investissement ayant survécu à la crise des "subprimes", a publié mercredi des bénéfices et des revenus supérieurs aux attentes, bien qu'en recul par rapport à la même période de 2018 : -9% pour le bénéfice à 2,34 Mds$ et -7% pour les revenus à 10,29 Mds$. Le titre de la banque a bondi de 2,7% le jour de la publication, avant de céder 1,5% le lendemain.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com