Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 06/12/2019 à 17h36 Renault +0,67% 41,820€
  • RNO - FR0000131906
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Conserver
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Renault : un conseil tendu en perspective chez Nissan

Renault : un conseil tendu en perspective chez Nissan
Renault : un conseil tendu en perspective chez Nissan
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La séance du Conseil d'administration de Nissan prévue mardi au Japon, s'annonce tendue. Selon des sources proches du dossier citées lundi soir par 'Reuters', le choix du futur directeur général du constructeur automobile japonais pourrait être difficile, en raison de divisions entre le président du comité des nominations et un dirigeant influent de Nissan.

Ainsi, selon quatre sources proches du dossier citées par 'Reuters', depuis le départ d'Hiroto Saikawa (qui a quitté son poste de directeur général le 16 septembre), des tensions ont émergé entre Masakazu Toyoda, administrateur indépendant à la tête du comité des nominations, et Hitoshi Kawaguchi, dirigeant en charge des Affaires externes chez Nissan et considéré comme ayant des relations étroites avec le gouvernement.

Selon une des sources, Hitoshi Kawaguchi est considéré comme favorable au choix de Yasuhiro Yamauchi, directeur général en exercice de Nissan, pour diriger le groupe de manière plus pérenne, tandis que Masakazu Toyoda est moins enthousiaste à cette idée.

Selon trois sources proches du dossier, Nissan aimerait choisir son nouveau directeur général d'ici le coup d'envoi du 46e salon de l'automobile de Tokyo, qui ouvre ses portes à la presse mercredi 23 octobre.

Un troisième dirigeant de Nissan mis en cause

En attendant de trouver un successeur à M. Saikawa, les administrateurs, parmi lesquels deux représentants de Renault, principal actionnaire de Nissan, discuteront aussi de l'avenir d'un autre dirigeant du groupe, Hari Nada. Ce dernier avait contribué à la disgrâce de Carlos Ghosn, mais il a été depuis rattrapé à son tour par des accusations selon lesquelles il aurait lui aussi touché des sommes indues, selon des révélations du quotidien 'Les Echos'. Si le conseil de Nissan propose de l'écarter, les représentants de Renault voteront probablement en faveur de cette proposition, a indiqué une source proche du groupe au losange.

De son côté, Hiroto Saikawa avait dû démissionner de son poste après avoir admis un trop-perçu dans sa rémunération, en violation des procédures internes à Nissan. Il avait lui-même joué un rôle dans l'éviction de Carlos Ghosn, le fondateur de l'alliance Renault-Nissan. Ce dernier, dont le procès devrait débuter en mars 2020 au Japon, est notamment accusé d'avoir fourni des déclarations inexactes de ses revenus entre 2010 et 2018 et d'avoir fait couvrir par Nissan des pertes sur des investissements personnels lors de la crise économique de 2008.

Pour Renault, le futur dirigeant de Nissan doit être pro-Alliance

Selon 'Reuters', la course à la tête de Nissan s'est resserrée d'un cran autour de trois vétérans de Renault-Nissan, auditionnés par le président de Renault mardi dernier à la veille du 4e conseil opérationnel de l'alliance au Technocentre, à l'ouest de Paris.

Pour Renault, dont l'Etat français détient 15% du capital, il est crucial que le nouveau patron de Nissan soit favorable à un renforcement de l'alliance industrielle fondée en 1999 pat Carlos Ghosn.

"Là, ce qui nous importe, c'est que le futur dirigeant de Nissan soit bien un pro-alliance", a ainsi déclaré Martin Vial, commissaire aux Participations de l'Etat, lors d'une conférence de presse jeudi dernier. "Je n'ai aucune opinion sur le profil des uns ou des autres", a-t-il ajouté.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com