»
»
»
»
Consultation
Cotation du 19/07/2019 à 17h35 Renault -0,62% 51,060€
  • RNO - FR0000131906
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Conserver
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Renault : sans réaction

Renault : sans réaction
Renault : sans réaction
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Renault reste stable sur la barre des 60 euros, alors que le groupe veut proposer à son partenaire japonais Nissan de créer une holding qui détiendrait 100% des deux constructeurs automobiles, selon plusieurs médias... Renault contrôle actuellement 43,4% du capital de Nissan, qui lui-même possède 15% de son propre capital, mais sans droit de vote. La nouvelle structure commune serait détenue "à parité" par les actionnaires des deux entreprises, ce qui apporterait à l'Etat français environ 7% du total contre 15% aujourd'hui, a rapporté vendredi le quotidien japonais 'Nikkei'. De son côté, le 'Wall Street Journal' a indiqué que les actionnaires de Renault et Nikkei recevraient chacun "à peu près 50%" de la nouvelle holding.

Chacun des deux groupes pourra nommer un nombre identique d'administrateurs au sein du conseil d'administration de la nouvelle société qui sera présidée par Jean-Dominique Senard, le président de Renault, a précisé une source citée par l'agence 'Reuters'.

Sous haute pression

L'idée serait de "construire un outil industriel intégré" pour faire face aux défis posés par la mutation du secteur automobile, d'autant que les performances de Nissan se détériorent... Le groupe japonais avait réduit mercredi dernier ses estimations de bénéfices annuels pour l'exercice en cours. De son côté, Renault a fait état vendredi d'un recul de près de 5% de son chiffre d'affaires au premier trimestre 2019. "La constitution d'une holding viserait à rééquilibrer l'alliance entre Renault et Nissan", a dit cette source à l'agence 'AFP'.

Pour l'instant, aucun commentaire officiel n'a été fait par Renault ou Nissan. Le sujet d'une intégration plus poussée entre les deux groupes reste "ultra-sensible"... Rappelons que l'ancien patron de Renault et Nissan, Carlos Ghosn, avait expliqué en janvier avoir été exclu du jeu, car il voulait créer une société holding contrôlant Renault, Nissan et Mitsubishi Motors (le troisième partenaire de l'alliance qu'il a créée). Il en avait discuté avec le patron de Nissan, Hiroto Saikawa, qui était hostile à toute fusion.

Mardi, le 'Nikkei' écrivait que Nissan s'opposerait à toute intégration managériale "poussée" et demanderait à Renault une relation capitalistique plus équilibrée...
Parmi les brokers, Invest Securities reste acheteur sur le dossier avec un cours cible ajusté de 102 à 105 euros.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com