Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 18/01/2021 à 17h38 Renault +1,64% 34,630€
  • RNO - FR0000131906
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Conserver
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Renault : Rome prêt à prendre une part du futur Renault-Fiat Chrysler

Renault : Rome prêt à prendre une part du futur Renault-Fiat Chrysler
Renault : Rome prêt à prendre une part du futur Renault-Fiat Chrysler
Crédit photo © Renault

(Boursier.com) — Rome s'intéresse de très près au projet de mariage en négociation entre Renault et Fiat Chrysler Automobile (FCA). Compte tenu de l'importance du secteur automobile dans l'économie italienne, le vice-président du Conseil, Matteo Salvini, a ainsi déclaré lundi que l'Etat italien devrait prendre si nécessaire une participation dans le futur ensemble automobile.

"Contrebalancer la position de l'Etat français"

Prié de dire si Rome devait prendre une participation dans l'entité issue d'une fusion, Matteo Salvini a répondu : "si une présence institutionnelle italienne était requise, il serait absolument de notre devoir de le faire car le secteur automobile est fondamental pour la croissance économique de notre pays".

Plus tôt dans la journée, un parlementaire de la Ligue, le parti d'extrême droite de Matteo Salvini, avait déclaré que le gouvernement italien défendrait les intérêts nationaux dans l'éventualité d'un tel rapprochement et pourrait demander une participation pour contrebalancer la position de l'Etat français.

Le groupe Renault a confirmé ce lundi matin "avoir reçu une proposition de Fiat Chrysler Automobile concernant une potentielle fusion à 50/50". Le Conseil d'administration du constructeur français, réuni dans la matinée, a ensuite fait savoir qu'il "étudiait avec intérêt l'opportunité d'un tel rapprochement, confortant l'empreinte industrielle du groupe Renault et générateur de valeur additionnelle pour l'alliance".

Paris accueille favorablement ce projet de mariage

L'Etat français détient une participation de 15% dans le groupe Renault, qui serait ramenée à environ 7,5% dans le cadre du plan de fusion proposé par Fiat. Nissan posséderait lui aussi 7,5%, tandis que la famille Agnelli se situerait autour de 15%.

Paris a accueilli l'offre italienne de manière "assez favorable" le projet de mariage, a indiqué la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye. "C'est un enjeu de souveraineté (...) Nous avons besoin que des géants se construisent en Europe. Mais il faut voir dans quelles conditions tout cela va se réaliser", a-t-elle ajouté.

Bercy pose notamment des conditions sur le maintien d'emplois en France et la participation de ce futur géant au projet de consortium européen dans les batteries.

N-3 mondial avec Fiat Chrysler, mais déjà n-1 avec Nissan et Mitsubishi

L'action Renault a bondi de 12,09% à 56,03$ à Paris, après ces informations, tandis qu'à Tokyo, l'action Nissan Motor a gagné 0,97%. Wall Street étant fermé, l'action Fiat Chrysler Automobile (FCA) n'a pas encore réagi. A l'inverse, l'action PSA Groupe a perdu 3,25%, le groupe étant vu jusqu'ici comme le favori pour un rapprochement avec FCA.

L'opération donnerait naissance au troisième constructeur automobile mondial, derrière Volkswagen et Toyota, avec des ventes annuelles de 8,7 millions de véhicules, permettant d'importants gains d'échelle pour tout investissement réalisé en commun. Toutefois, l'Alliance de Renault, Nissan et Mitsubishi (fondée en 1999 par Carlos Ghosn autour de Renault et Nissan) est elle-même déjà le numéro un mondial du secteur, avec 10,75 millions de véhicules vendus en 2018.

©2019-2021,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !