Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 11/08/2020 à 17h35 Renault +4,11% 25,070€
  • RNO - FR0000131906
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Conserver
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Renault : redonne un peu de terrain

Renault : redonne un peu de terrain
Renault : redonne un peu de terrain
Crédit photo © Renault

(Boursier.com) — Renault redonne du terrain après son récent (gros) rebond, en repli de 1,8% à 23,50 euros ce jeudi. Parmi les derniers avis de brokers, RBC a dégradé le dossier après son mouvement de rattrapage en bourse de Paris, avec un avis à 'performance sectorielle', en visant toujours un cours de 22 euros. Le constructeur a officialisé la mise en place d'une convention d'ouverture de crédit d'un montant total maximum de 5 milliards d'euros bénéficiant d'une garantie à 90% de l'Etat français. Ce prêt pourra être tiré en tout ou partie et, en une ou plusieurs fois, d'ici le 31 décembre 2020. Il permettra "d'assurer le financement des besoins de liquidité du groupe, dans un contexte de crise sans précédent".

Goldman Sachs qui est repassé à l''achat' sur le titre hier est plus généreux en visant un cours de 28 euros sur le dossier. Le plan de restructuration du groupe automobile, dont l'objectif est de réaliser une économie de plus de 2 milliards d'euros sur 3 ans et de constituer les bases d'une nouvelle compétitivité, est désormais sur les rails et permettra de renforcer la résilience de l'entreprise en privilégiant la génération de Cash-Flow, tout en maintenant le client au centre des priorités. Il s'appuie sur une approche plus efficace des activités opérationnelles et une gestion rigoureuse des ressources. Au-delà, le projet de plan tend à poser les bases d'un développement pérenne du Groupe Renault.

En France, celui-ci s'organiserait autour de pôles d'activités stratégiques d'avenir : les véhicules électriques, les véhicules utilitaires, l'économie circulaire et l'innovation à forte valeur ajoutée. Ces grands pôles d'excellence régionaux basés en France constitueraient le coeur de la reconquête du Groupe. A Flins et Guyancourt, le Groupe réorganiserait ses activités.

Optimisation de l'outil industriel

Le constructeur, qui a accusé l'an dernier sa première perte nette en 10 ans, a confirmé plusieurs hypothèses de travail pour optimiser son appareil industriel en France: la création d'un pôle d'excellence dans l'électrique et l'utilitaire à partir des deux usines de Douai et Maubeuge dans le Nord, une réflexion sur la reconversion de l'usine de Dieppe (Seine-Maritime) à la fin de la production de l'Alpine A110, la création d'un pôle d'économie circulaire à Flins (Yvelines), où seraient transférées les activités de l'usine de Choisy-le-Roi (Val-de-Marne) à la place de la Zoé, dont la production dans les Yvelines s'arrêterait après 2024, et le lancement d'une revue stratégique pour la Fonderie de Bretagne, à Caudan (Morbihan).

Le coût estimé de la mise en oeuvre de ce plan est de l'ordre de 1,2 milliard d'euros...

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !