»
»
»
»
Consultation
Cotation du 25/04/2019 à 17h38 Renault -1,55% 59,560€
  • RNO - FR0000131906
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Renault : "Quand je dors la nuit, la lampe est toujours allumée" (Carlos Ghosn)

Renault : "Quand je dors la nuit, la lampe est toujours allumée" (Carlos Ghosn)
Renault : 'Quand je dors la nuit, la lampe est toujours allumée' (Carlos Ghosn)
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Après son interview au quotidien japonnais 'Nikkei', Carlos Ghosn a pour la première fois, répondu, depuis sa prison de Kosuge, aux questions de deux journalistes non japonais, de l'AFP et des 'Echos'.

Dans l'interview publiée ce matin par le quotidien, l'ex patron de l'Alliance fustige une situation inéquitable à ses yeux : "Au bureau du procureur, ils sont 70 à travailler sur le cas. Moi, je suis en prison depuis soixante-dix jours sans avoir accès à un téléphone ou à un ordinateur. Comment pourrais-je me défendre ? Il ne faut pas sous-estimer les conditions dans lesquelles je me trouve !"

"Je n'ai même pas de montre"

Il confirme par ailleurs les conditions de détentions, plus que rudes, auxquelles il se trouve soumis : "Quand je dors la nuit, la lampe est toujours allumée. Je n'ai même pas de montre. Pas de notion du temps. J'ai seulement 30 minutes par jour pour sortir sur le toit. L'air frais me manque tant ! (...) Pourquoi est-ce que l'on me punit avant d'être déclaré coupable ?"

Concernant les faits qui lui sont reprochés, l'ex dirigeant réfute "les allégations du procureur, mais aussi celles de Nissan" : "Ils sortent énormément de faits de leur contexte. C'est une distorsion de la réalité pour détruire ma réputation. Chez Nissan, les gens qui sont au coeur des accusations sont aussi ceux qui font l'enquête. Ce sont des personnes qui étaient très profondément impliquées dans les affaires légales de Nissan. C'est tout de même très surprenant."

"Complot", "piège"

Sur le fond de l'affaire, et le soupçon de minoration des revenus, il explique : "On m'accuse de ne pas avoir déclaré des revenus que je n'ai jamais reçus ! J'ai déclaré le moindre yen que j'ai reçu."

Carlos Ghosn parle au final de "complot" et de "piège" : "Il n'y a aucun doute là-dessus. C'est une affaire de trahison. Et il y a plusieurs raisons pour cela. Il y avait beaucoup d'opposition et d'anxiété sur le projet d'intégrer les trois entreprises ensemble." Selon lui, il s'agirait bien de l'origine de ses ennuis et il affirme avoir bien évoqué ce projet d'intégration entre les trois entités, Renault, Nissan et Mitsubishi, avec Hiroto Saikawa au mois de septembre.

Holding

Il s'agissait de créer un holding qui aurait contrôlé les trois entités et possédé la totalité des actions des groupes, avec un rapport de force lié aux performances économiques des entités. Or, la performance de Nissan semblait dans le dur... "Quand la performance d'une entreprise baisse, aucun PDG n'est immunisé contre un limogeage", dit Carlos Ghosn à propos du patron de Nissan qu'il accuse de trahison...

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com