»
»
»
»
Consultation
Cotation du 18/07/2019 à 09h47 Renault -0,94% 51,690€
  • RNO - FR0000131906
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Conserver
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Renault pourrait réduire sa participation dans Nissan

Renault pourrait réduire sa participation dans Nissan
Renault pourrait réduire sa participation dans Nissan
Crédit photo © Renault

(Boursier.com) — Le feuilleton Renault-Nissan-Fiat Chrysler Automobiles se poursuit. Après le premier chapitre qui a vu le constructeur américano-italien tourner le dos à Renault à la suite des interférences de l'Etat français, les deux parties n'auraient pas abandonné tout espoir de fusion. A en croire les dernières indiscrétions obtenues par Reuters, auprès de deux personnes au fait des intentions du groupe japonais, Nissan voudrait demander à Renault de réduire de manière significative sa participation de 43,4% dans son capital en échange de son soutien à un rapprochement avec Fiat Chrysler.

Rééquilibrer les participations au sein de l'alliance

Hiroto Saikawa, le patron de Nissan, qui a toujours déclaré que les participations au sein de l'alliance devaient "être rééquilibrées" pour refléter la taille supérieure de Nissan, plaiderait pour une telle option dans le cadre de tout accord entre l'alliance et FCA.

L'Etat serait prêt à accepter une baisse de la participation de Renault dans Nissan

La France pourrait ne pas s'opposer automatiquement à une réduction de la participation dans Nissan si cela permet d'assurer la place de Renault au sein d'un groupe consolidé. Le gouvernement a également déclaré qu'il pourrait, dans le même but, réduire la participation de 15% de l'Etat français dans Renault. "Toutes les options peuvent être envisagées", a ainsi déclaré le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.

John Elkann, le boss de FCA, et Jean-Dominique Senard, le patron de Renault, avaient prévu d'aller de l'avant dans le projet d'accord de fusion en dépit de l'abstention de Nissan, persuadés que la logique économique contraindrait le groupe japonais à suivre et à coopérer, précisent à l'agence des sources proches du conseil d'administration de Renault.

Paris avait obtenu certaines garanties

L'accord initial, rejeté par FCA, aurait permis aux deux entreprises d'être acquises par une société de portefeuille néerlandaise détenue à 50-50 par les actionnaires actuels de FCA et de Renault, après le versement d'un dividende spécial de 2,5 milliards d'euros aux actionnaires de FCA. Paris avait obtenu des garanties sur l'emploi et un paiement en numéraire aux actionnaires de Renault, à la suite de critiques selon lesquelles l'offre sous-évaluait Renault. La transaction aurait débouché sur la création du troisième constructeur automobile mondial.

Tout reste à faire mais, au regard de l'évolution du titre Renault ce lundi, le marché semble encore croire à un tel rapprochement. A la mi-séance, l'action grimpe de 2,5% à 55 euros.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com