Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 13/12/2019 à 17h37 Renault +0,40% 42,460€
  • RNO - FR0000131906
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Conserver
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Renault : pas question de réduire la participation dans Nissan !

Renault : pas question de réduire la participation dans Nissan !
Renault : pas question de réduire la participation dans Nissan !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Un "démenti catégorique" ! Le ministère de l'Economie a exclu jeudi toute intention de réduire la participation de 43,4% de Renault dans le constructeur japonais Nissan, après des informations en ce sens publiées par le quotidien japonais 'Nikkei'.

Selon le 'Nikkei', qui citait des sources gouvernementales japonaises, le gouvernement français se serait dit prêt à envisager de réduire la participation de 43,4% du groupe au losange dans son partenaire nippon...

Le 'Nikkei' a ajouté que le gouvernement français aurait aussi évoqué auprès de son homologue japonais une baisse de la participation de 15% de l'Etat français dans Renault comme "une option pour l'avenir". Bercy a également démenti cette information.

Nissan possède 15% de Renault, dépourvus de droits de vote

Ces informations interviennent alors que Carlos Ghosn, l'architecte de l'alliance Renault-Nissan fondée en 1999, a été évincé en novembre de la direction de l'alliance Renault-Nissan, élargie à Mitsubishi depuis l'an dernier. Le départ forcé de Carlos Ghosn, accusé de fraude financière au Japon, a relancé les rumeurs de "complot" au sein de Nissan en vue de rééquilibrer cette alliance en faveur des intérêts japonais...

Depuis la création de l'alliance en 1999, Renault détient 43,4% du capital de Nissan, assortis de droits de votes aux assemblées générales, alors que le constructeur automobile japonais possède 15% du constructeur au losange, qui ne sont pas dotés de droits de vote. Par ailleurs, l'Etat français est le premier actionnaire de Renault avec 15,01% du capital.

Paris sera "vigilant à ce que les équilibres de l'alliance soient préservés"

A l'automne 2015 déjà, Hiroto Saikawa, le directeur général de Nissan qui a fait évincer Carlos Ghosn de la présidence, avait proposé un rééquilibrage via l'activation des droits de vote de Nissan dans Renault. Alors numéro 2 de Nissan, M. Saikawa souhaitait aussi que Renault cède une partie de sa participation dans son partenaire japonais, afin de descendre sous la barre des 40%.

Emmanuel Macron, ministre de l'Economie à l'époque, avait fait barrage à une telle opération, affirmant que "la priorité n'est pas de changer la gouvernance mais de se concentrer totalement sur la réussite industrielle du groupe".

Le 27 janvier dernier, le président français a répété que "nous sommes vigilants à ce que les équilibres de l'alliance soient préservés". "Je ne crois pas du tout que ce qui se passe, qui est un cas individuel, soit de nature à renverser les équilibres de l'alliance" franco-japonaise, qui a "montré sa stabilité", avait ajouté Emmanuel Macron.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com