Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 11/12/2019 à 17h36 Renault -0,16% 41,195€
  • RNO - FR0000131906
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Conserver
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Renault : pas de tabou sur la nationalité du futur patron

Renault : pas de tabou sur la nationalité du futur patron
Renault : pas de tabou sur la nationalité du futur patron
Crédit photo © Renault

(Boursier.com) — Quelques jours après l'éviction de Thierry Bolloré de son poste de directeur général de Renault, le gouvernement laisse la porte ouverte à la nomination d'un patron qui ne serait pas forcément français. Ainsi, Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie, a indiqué à l'agence 'Reuters' que le futur directeur général du constructeur automobile français devra avoir de l'expérience dans la transformation des entreprises et dans le secteur de l'industrie, ajoutant que ces atouts primaient sur la question de sa nationalité.

L'Etat, premier actionnaire de Renault avec 15% du capital, "aborde la question avec l'esprit très ouvert", a ajouté dit Mme Pannier-Runacher. "Quand on a dû chercher le meilleur profil pour Air France, on a eu quelqu'un qui n'était pas français, très bien", a-t-elle déclaré, faisant référence à la nomination de l'ancien patron d'Air Canada Ben Smith à la tête du groupe Air France-KLM, dont l'Etat français est également actionnaire.

"C'est le meilleur profil (qui compte), qui est capable de porter Renault et de jouer son rôle dans l'alliance à un moment de transformation majeure", a-t-elle ajouté.

Renault a confié à titre intérimaire la direction générale à la directrice financière Clotilde Delbos, entourée de deux directeurs généraux adjoints, le temps de trouver un successeur définitif à Thierry Bolloré. La recherche du nouveau directeur général - ou directrice générale - a commencé mais s'annonce difficile en interne.

Selon une source du constructeur, cette mission a été confiée au cabinet NB Lemercier & Associés, fondé en 2006 par la spécialiste du recrutement de hauts dirigeants Brigitte Lemercier.

"Tout est ouvert", y compris la relance du rapprochement avec FiatChrysler

Dans la même interview à 'Reuters', Agnès Pannier-Runacher a également indiqué que le gouvernement n'était pas opposé à la relance possible du projet avorté de rapprochement entre Renault et Fiat Chrysler.

"Encore une fois, tout est ouvert", a-t-elle poursuivi. "Dans l'ordre des facteurs, nous on est assez clairs, on veut un projet industriel, on veut une alliance renforcée au service de ce projet industriel."

Quant à la possibilité que l'Etat réduise sa participation dans Renault pour donner des gages à Nissan, ce n'est pas une priorité, a-t-elle précisé.

"On commence par une histoire industrielle, et après on en tire les conséquences éventuelles sur l'actionnariat", a dit Agnès Pannier-Runacher.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com