Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 21/02/2020 à 17h35 Renault -2,99% 31,685€
  • RNO - FR0000131906
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Conserver
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Renault-Nissan est devenu une "mascarade d'alliance" pour Carlos Ghosn

Renault-Nissan est devenu une "mascarade d'alliance" pour Carlos Ghosn
Renault-Nissan est devenu une 'mascarade d'alliance' pour Carlos Ghosn
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Lors de sa longue conférence de presse, mercredi à Beyrouth, Carlos Ghosn a déploré l'évolution de l'alliance Renault-Nissan depuis son éviction en novembre 2018. L'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi était le premier constructeur automobile mondial en 2017, a rappelé l'ancien patron de Renault-Nissan, soulignant que depuis son éviction, les deux principaux constructeurs ont vu fondre leurs capitalisations boursières.

"La valorisation de Nissan depuis mon arrestation a baissé de plus de 10 milliards de dollars. Ils ont perdu plus de 40 millions de dollars par jour pendant cette période", a-t-il déclaré. "Ce n'est pas mieux pour Renault, parce que la valorisation de Renault a baissé, depuis mon arrestation, de plus de 5 milliards d'euros, ce qui signifie 20 millions d'euros par jour", a ajouté Carlos Ghosn.

"On voulait tourner la page Ghosn ? C'est réussi", a-t-il ironisé. "Pour Renault et Nissan, il n'y a plus de croissance, plus de ligne stratégique, plus d'innovation, plus rien. C'est une mascarade d'alliance qui n'ira pas très loin".

Mariage avec Fiat Chrysler, une "énorme occasion perdue"

L'ancien PDG de Renault-Nissan s'est montré particulièrement déçu de l'échec d'un rapprochement en juin 2019 avec Fiat Chrysler automobiles, qui a finalement préféré convoler avec PSA Groupe. Pour lui, il s'agit d'une "énorme occasion perdue". "Qui va sortir gagnant de tout cela ? (....) L'alliance Renault Nissan a raté le mariage avec Fiat Chrysler ! C'est incroyable. Et on a mis ça sur mon dos !", s'est-il indigné.

Réfutant l'ensemble des accusations dont il fait l'objet au Japon, Carlos Ghosn a répété avoir été victime d'un complot de la part de dirigeants de Nissan, suite à l'augmentation de la part de l'Etat français dans le capital de Renault en 2015. Cette opération a "laissé un goût amer chez Nissan et au sein du gouvernement japonais. C'est là que la défiance a commencé", a-t-il estimé.

"Certains de nos amis japonais ont pensé que la seule manière de se débarrasser de Renault était de se débarrasser de moi". Ces "amis japonais" ne sont autres que Hiroto Saikawa, Hari Nada et Masakazu Nada, trois dirigeants de Nissan.

M. Ghosn a précisé que selon lui, ce n'est "pas la loi Florange qui a provoqué la défiance envers Renault chez Nissan au Japon. C'est le fait d'avoir refusé de donner des droits de vote à Nissan", en mai 2015.

©2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com