Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 15/07/2020 à 17h35 Renault +3,76% 23,460€
  • RNO - FR0000131906
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Conserver
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Renault : Moody's dégrade encore sa notation crédit

Renault : Moody's dégrade encore sa notation crédit
Renault : Moody's dégrade encore sa notation crédit
Crédit photo © Renault

(Boursier.com) — Moody's vient de dégrader la note crédit long terme de Renault de 'Ba1' à 'Ba2'. La perspective associée est 'négative', signe que l'agence pourrait encore abaisser sa notation. Le déclassement reflète l'opinion de Moody's selon laquelle le ralentissement provoqué par la pandémie de coronavirus entraînera un affaiblissement prononcé des ratios de crédit du constructeur. L'agence affirme que la marge d'EBITA ajustée pourrait ainsi tomber cette année en dessous de -3%, contre un niveau déjà faible de 0,8% en 2019.

Les finances de Renault ont été plus négativement affectées au premier trimestre 2020 que celles des autres constructeurs européens et Moody's anticipe que cette performance relativement plus faible se poursuive sur l'ensemble de l'exercice financier. Compte tenu de cette faiblesse structurelle et des coûts initiaux attendus du plan de restructuration, l'agence estime que Renault ne sera pas en mesure de rétablir ses paramètres à des niveaux conformes à sa notation antérieure 'Ba1' d'ici 2022.

La perspective 'négative' reflète pour sa part l'impact sévère que le coronavirus aura sur les performances opérationnelles et les paramètres de crédit de Renault au cours des douze à dix-huit prochains mois, alors que le groupe met en oeuvre son plan de restructuration et tente de rétablir sa position concurrentielle face à la pandémie de coronavirus. Moody's prévoit que le secteur automobile mondial enregistrera une baisse de 20% des expéditions en 2020, avec une forte contraction d'une année sur l'autre aux deuxième et troisième trimestres, suivie d'un léger rebond au quatrième trimestre. En outre, l'agence table sur un rebond limité à environ 11% en 2021.

Toutefois, la demande future de véhicules pourrait être plus faible que les estimations actuelles, l'environnement déjà concurrentiel dans le secteur pourrait encore s'intensifier, et Renault pourrait être confronté à des défis plus importants que ce qui est prévu en ce moment. L'agence suivra également de près le développement de l'alliance entre Renault, Nissan et Mitsubishi qui, selon elle, continue de présenter un important potentiel de croissance pour toutes les parties concernées grâce à un meilleur partage des ressources.

©2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !