Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 12/05/2021 à 09h25 Renault -2,16% 32,355€
  • RNO - FR0000131906
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Conserver
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Renault : les candidats au départ volontaire ne se bousculent pas au portillon

Renault : les candidats au départ volontaire ne se bousculent pas au portillon
Renault : les candidats au départ volontaire ne se bousculent pas au portillon
Crédit photo © Renault

(Boursier.com) — Dans le sillage des constructeurs allemands, Renault grimpe encore de 3,3% à 41 euros ce jeudi matin. Le groupe au losange aurait pourtant du mal à réduire ses effectifs en France car peu d'employés accepteraient de quitter l'entreprise via le programme de départs volontaires mis en place par la société.

Seulement 300 personnes environ ont validé leur départ dans le cadre de ce programme lancé l'année dernière, ce qui est bien inférieur à l'objectif de 1.900 personnes, selon Guillaume Ribeyre, un représentant du syndicat CFE-CGC, cité par 'Bloomberg'. Renault a commencé à offrir des incitations au départ en décembre et les salariés ont jusqu'au mois de septembre pour accepter ce plan.

Renault a annoncé l'an passé un vaste projet de restructuration avec pour objectif de réaliser une économie de plus de 2 milliards d'euros sur 3 ans et de constituer les bases d'une nouvelle compétitivité. Ce plan passe notamment par la suppression de près de 15.000 postes, dont 4.600 en France. Outre les départs volontaires, ce projet d'ajustement des effectifs s'appuie sur des mesures de reconversion, de départs naturels ou en retraite anticipée et de mobilité interne. Le mois dernier, la directrice générale adjointe du groupe, Clotilde Delbos, a déclaré que Renault "progressait bien" sur le plan mais a refusé de donner davantage de détails.

Avec l'État français comme premier actionnaire, Renault aurait dû mal à faire passer l'idée de licenciements secs alors que l'entreprise a bénéficié de plusieurs aides pour faire face à la crise, dont un prêt de 5 milliards d'euros garanti par l'État. Le mois dernier, Renault a prévenu que 2021 serait une autre année difficile en raison de la pandémie de Covid-19 et de la pénurie de semi-conducteurs qui entravent la production automobile mondiale. Fortement affecté par la crise actuelle, le constructeur a essuyé un déficit net record l'an passé à 8,05 milliards d'euros pour un chiffre d'affaires en repli de 21,7% à 43,5 milliards d'euros (-18,2% à taux de change comparables).

Lors de la conférence de présentation des comptes, Luca de Meo a indiqué avoir choisi de ne pas donner de prévisions pour 2021 en raison du manque de visibilité et du maintien des mesures de confinement dans plusieurs pays. Le patron de Renault a précisé que le groupe avait encore beaucoup de pain sur la planche avant de redresser sa performance financière de manière durable.

©2021,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !