Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 18/09/2020 à 13h10 Publicis -2,33% 28,490€
  • PUB - FR0000130577
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Publicis : le résultat opérationnel s'élève à 254 ME sur le semestre

Publicis : le résultat opérationnel s'élève à 254 ME sur le semestre
Publicis : le résultat opérationnel s'élève à 254 ME sur le semestre
Crédit photo © Jacky Naegelen / Reuters

(Boursier.com) — Le revenu net de Publicis Groupe au premier semestre 2020 est de 4.774 millions d'euros, en hausse de 9,7% par rapport aux 4 352 millions d'euros du premier semestre 2019. Les variations de taux de change ont un effet positif de 32 millions d'euros. Les acquisitions (nettes de cessions) ont contribué pour 743 millions d'euros sur le revenu net, la majeure partie étant liée à l'acquisition d'Epsilon.

La croissance organique est de -8% au premier semestre 2020. Le Groupe a été impacté par la pandémie de Covid-19 à partir du mois de mars, avec une détérioration de la croissance organique au deuxième trimestre à la suite des mesures de confinement mises en place par les gouvernements dans différentes zones géographiques. Avec sa transformation quasiment finalisée, le Groupe a bien débuté son année 2020, grâce à un solide démarrage aux Etats-Unis et à la poursuite de sa dynamique de gains de nouveaux budgets.

L'EBITDA s'établit à 923 millions d'euros au premier semestre 2020, contre 885 millions d'euros en 2019, soit une hausse de 4,3%, intégrant la contribution d'Epsilon. L'impact du plan de réduction de coûts annoncé en avril a été de 286 millions d'euros au 1er semestre, sur une base de coûts comparable et hors coûts d'acquisition d'Epsilon. Le taux de marge ressort à 19,3% du revenu net (20,3% au premier semestre 2019).

Les charges de personnel atteignent 3 224 millions d'euros au 30 juin 2020, en hausse de 12,0% par rapport à 2 879 millions d'euros l'année dernière. Cette hausse est le reflet de l'intégration d'Epsilon au premier semestre, ainsi que de la poursuite de l'investissement dans la transformation du Groupe. Elle a été partiellement compensée par l'impact des premières mesures du plan de réduction de coûts. En pourcentage du revenu net, les charges de personnel atteignent 67,5% au premier semestre 2020, contre 66,1% au premier semestre 2019. Les coûts fixes de personnel de 2 862 millions d'euros représentent 59,9% du revenu net contre 57,7% au premier semestre 2019. En base comparable, les coûts fixes de personnel ont diminué de 61 millions d'euros sur le semestre, grâce aux mesures prises par le Groupe comme le gel des embauches, la pause dans les promotions internes, la réduction de la semaine de travail ou les baisses volontaires de salaire. Par ailleurs, le Groupe a décidé de limiter le recours aux free-lances. En conséquence, le coût des free-lances a diminué de 43 millions d'euros au premier semestre 2020 sur une base comparable, et représente 141 millions d'euros. Les coûts de restructuration atteignent 69 millions d'euros au premier semestre (61 millions d'euros en 2019), reflétant les charges supplémentaires liées au plan de réduction des coûts.

Les autres charges opérationnelles (hors amortissements) sont de 1 131 millions d'euros et se comparent à 1 104 millions d'euros au premier semestre 2019. Ce poste représente 23,7% du revenu net à comparer à 25,4% l'année dernière, ce qui implique que les mesures de réduction des coûts font plus que compenser l'impact défavorable de la structure des coûts d'Epsilon sur ce ratio. Le Groupe a pu réaliser des économies significatives sur ce poste au premier semestre 2020, grâce aux actions menées dans le cadre du plan de réduction des coûts, et grâce à certaines dépenses qui ont été réduites de manière drastique pendant les périodes de confinement. Cela a notamment été le cas pour les dépenses liées aux voyages, aux recrutements et aux séminaires.
La dotation aux amortissements est de 301 millions d'euros au premier semestre 2020, en hausse de 10,3% par rapport à 2019. La hausse est principalement imputable à l'intégration d'Epsilon sur le semestre.

La marge opérationnelle s'élève à 622 millions d'euros au 30 juin 2020, en hausse de 1,6% par rapport au 30 juin 2019. Le taux de marge opérationnelle ressort ainsi à 13,0%, en baisse de 110 points de base par rapport à 14,1% au premier semestre 2019. En excluant les coûts d'acquisition d'Epsilon au premier semestre 2019, le taux de marge opérationnelle est en baisse de 200 points de base. Ceci résulte de la forte baisse de la croissance organique du Groupe, engendrée par la crise du Covid-19, toutefois partiellement compensée par une réduction de 6,4% de la base de coûts.

Les taux de marge opérationnelle par grande zone géographique reflètent les défis auxquels ont été confrontées les régions dans le contexte de pandémie mondiale au 1er semestre 2020. Les taux de marge opérationnelle s'élèvent à 1,8% pour l'Europe, 16,4% pour l'Amérique du Nord, 22,5% pour l'Asie-Pacifique, 5,7% pour l'Amérique Latine et 3,0% pour la région Afrique/Moyen-Orient.

Les amortissements sur immobilisations incorporelles liées aux acquisitions sont de 142 millions d'euros sur le semestre, contre 27 millions d'euros au premier semestre 2019. Cette augmentation est liée à l'amortissement des actifs incorporels d'Epsilon à partir du 1er juillet 2019 ainsi qu'à l'amortissement des marques valorisées lors des acquisitions. Ces dernières sont amorties depuis le 1er juillet 2019, suite à la mise en place de la nouvelle organisation pays. Les pertes de valeur s'élèvent à 231 millions d'euros, et sont exclusivement liés au plan de consolidation immobilière "All in One", qui amène une réduction du nombre de sites, tout en permettant une meilleure collaboration entre les équipes. Au premier semestre 2019, la perte de valeur s'élevait à 113 millions d'euros (dont 90 millions d'euros liés au plan "All in One"). Les autres charges et produits non courants représentent un produit de 5 millions d'euros au 30 juin 2020, contre un produit de 17 millions d'euros l'année dernière.

Le résultat opérationnel s'élève à 254 millions d'euros sur le semestre, contre 489 millions d'euros au 30 juin 2019.

Le résultat financier, composé du coût de l'endettement financier net et d'autres charges et produits financiers, est une charge de 92 millions d'euros au premier semestre 2020, contre une charge de 1 million d'euros l'année dernière. La charge (nette de produits) sur l'endettement financier net est de 48 millions d'euros sur le semestre, incluant 51 millions d'euros d'intérêts sur la dette d'acquisition d'Epsilon. Au premier semestre 2019, l'endettement financier net avait généré un produit (net de charges) de 15 millions d'euros. Les autres charges et produits financiers représentent une charge de 44 millions d'euros, et comprennent notamment 40 millions d'euros d'intérêts sur les obligations locatives. Les autres charges et produits financiers étaient une charge de 16 millions d'euros au 30 juin 2019, incluant une charge de 30 millions d'euros d'intérêts sur les obligations locatives ainsi qu'un produit de 19 millions d'euros de réévaluation de la juste valeur des Fonds Communs de Placement.

La réévaluation des earn-outs se traduit par un produit de 2 millions d'euros à comparer à une charge de 1 million d'euros au premier semestre 2019.

La charge d'impôt est de 39 millions d'euros au 30 juin 2020, correspondant à un taux d'impôt effectif prévisionnel sur l'année de 25,0%, contre 136 millions d'euros l'année dernière, qui correspondait à un taux d'impôt effectif prévisionnel sur l'année de 25,8%.

La quote-part dans le résultat des sociétés mises en équivalence est une perte de 2 millions d'euros sur le premier semestre, à comparer à une perte de 5 millions d'euros l'année précédente. La part des intérêts minoritaires dans le résultat du Groupe est un produit de 13 millions d'euros au 30 juin 2020 contre une perte de 1 million d'euros au 30 juin 2019.
Au total, le résultat net part du Groupe est de 136 millions d'euros à fin juin 2020, contre 345 millions d'euros à fin juin 2019.

Le free cash-flow du Groupe, avant variation du besoin en fonds de roulement, est en légère hausse de 0,8%, à 495 millions d'euros, contre 491 millions d'euros au premier semestre 2019. Les intérêts financiers incluent notamment les intérêts relatifs à la dette d'acquisition d'Epsilon. Les impôts payés sont de 74 millions d'euros, en baisse comparés aux 190 millions d'euros du premier semestre 2019, en raison de délais de paiement accordés par certains pays. La hausse des investissements nets en immobilisations est en grande partie liée à Epsilon. Le Groupe est très sélectif dans sa politique d'investissement, favorisant les dépenses informatiques, notamment dans le cadre des initiatives de travail à distance prises au second trimestre.

L'endettement financier net s'établit à 3.221 millions d'euros au 30 juin 2020 à comparer à 2.713 millions d'euros au 31 décembre 2019. La dette nette moyenne du Groupe sur le semestre s'élève à 3.684 millions d'euros contre 550 millions d'euros sur le premier semestre 2019. L'augmentation de la dette nette moyenne du Groupe résulte principalement de l'acquisition d'Epsilon pour un montant de 4,5 milliards de dollars.

PERSPECTIVES

"Le plein impact de la crise actuelle sur l'économie reste à ce stade largement inconnu. Ceci génère de nombreuses incertitudes et rend ainsi difficile la communication d'une prévision spécifique pour le second semestre 2020.
En ce qui concerne l'évolution du revenu net, le second trimestre pourrait être le point bas, mais il est prématuré de dire si le second semestre sera meilleur ou pire que le premier, considérant que certains pays se rétabliront plus vite que d'autres, et que les clients réagiront différemment.
Le taux de marge opérationnelle du deuxième semestre sera supérieur à celui du premier semestre, tout en prenant en compte l'impact défavorable de certains facteurs : certaines charges opérationnelles seront en hausse au fur et à mesure de la réouverture des pays, et par ailleurs le Groupe continuera d'investir dans son modèle.
Alors que nous abordons le second semestre, le Groupe est déterminé à limiter l'impact des coupes budgétaires de ses clients, à accélérer le déploiement de sa nouvelle offre tout en continuant à adapter sa base de coûts à l'évolution du revenu".

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !