»
»
»
»
Consultation
Cotation du 17/07/2019 à 13h36 PSA Groupe (ex-Peugeot) -0,72% 22,160€

PSA Groupe : nouveau défi à relever

PSA Groupe : nouveau défi à relever
PSA Groupe : nouveau défi à relever
Crédit photo © Peugeot

La projet de fusion entre Fiat Chrysler et Renault a mis la pression sur PSA cette semaine, alors que le titre se négocie sur la barre des 20 euros ce jeudi, en légère baisse de 0,3%. En cas de succès, l'opération donnerait naissance au troisième constructeur mondialavec 8,7 millions de véhicules vendus chaque année, pour des synergies annuelles estimées à 5 MdsE, au-delà de celles existantes dans le cadre de l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi...

De quoi bousculer le groupe au lion qui se verrait distancé par son grand rival français, avec le risque de se retrouver marginalisé dans la course aux nouvelles propulsions qui touche actuellement l'industrie automobile dans un contexte où le durcissement international des normes de pollution et d'investissements massifs requis par les voitures autonomes et les nouvelles motorisations.

Rappelons que suite au rachat d'Opel en 2017, PSA Groupe avait accédé à la deuxième place en Europe en doublant Renault-Nissan, du moins sur le vieux continent... La firme avait en outre transformé l'essai en 2018 en dévoilant des ventes records, à 3,87 millions de voitures écoulées, portées par le succès de sa gamme en Europe et l'intégration de la marque allemande dans son périmètre. Mais ces chiffres pèseraient bien peu face à l'envergure que pourrait afficher l'ensemble Fiat-Renault, sans parler de Volkswagen (10,83 millions de véhicules vendus dans le monde l'an dernier) ou de Toyota (10,76 millions) !

Objectifs confirmés

Côté brokers, Kepler Cheuvreux reste malgré tout à l'achat sur le constructeur avec un cours cible de 28 euros, alors que PSA a confirmé ses prévisions annuelles de marché à l'issue d'un premier trimestre marqué par un repli de 1,1% de son chiffre d'affaires, à 17,796 milliards d'euros. Un chiffre globalement conforme aux attentes des analystes. Les revenus de la division Automobile sont ressortis à 14,157 MdsE, en baisse de 1,8%. Les ventes en volume ont toutefois augmenté de 1,6% en Europe grâce à l'apport d'Opel et Vauxhall et au succès de nouveautés comme le Peugeot 3008 et la Citroën C3. En revanche, elles sont ressorties en baisse de 15,7% à l'échelle mondiale à cause notamment de la suspension des opérations du groupe en Iran à partir de juin 2018 dans la foulée du retrait américain de l'accord sur le nucléaire iranien...

En 2019, le Groupe prévoit un marché automobile stable en Europe, en baisse de 2% en Amérique latine et de 3% en Chine et en hausse de 5% en Russie. Il s'est fixé l'objectif suivant pour la période 2019-2021 (incluant Opel Vauxhall) : une marge opérationnelle courante moyenne supérieure à 4,5% pour la Division automobile sur la période 2019-2021...

Partenaires de Boursier.com