Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 27/10/2020 à 17h37 Total -3,22% 26,185€

Pétrole : le secteur grimpe dans le sillage du brut

Pétrole : le secteur grimpe dans le sillage du brut
Pétrole : le secteur grimpe dans le sillage du brut
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le compartiment pétrolier est bien orienté à Paris en ce début de semaine à l'image de TechnipFMC (+4%), de CGG (+4,1%) ou encore de Total (+2,1%). Le baril de Brent échéance novembre progresse de 1,5% à 46,5$ à Londres, au plus haut depuis près de cinq mois, soutenu par une réduction à venir de 30% de l'offre de brut d'Abu Dhabi et des données chinoises encourageantes, alors même que la demande mondiale peine à revenir aux niveaux d'avant la crise dans un marché bien approvisionné. Le Brut est ainsi bien parti pour enregistrer sa cinquième hausse mensuelle d'affilée. Le WTI échéance octobre gagne de son côté 1,2% à 43,5$ sur le NYMEX.

La compagnie pétrolière nationale d'Abu Dhabi a déclaré lundi à ses clients qu'elle réduirait de 30% ses approvisionnements d'octobre, contre 5% en septembre, conformément aux instructions du gouvernement des Émirats arabes unis, afin de respecter son engagement dans le cadre du récent accord OPEP+. "Avec la reprise progressive de la demande, cela permettra au marché de mieux absorber l'excès de stocks du début de l'année", affirme Howie Lee, économiste chez OCBC.

Les opérateurs digèrent également le passage de la tempête Laura dans le Golfe du Mexique. Cette dernière a été l'un des ouragans les plus puissants qui aient jamais frappé la Louisiane. Les raffineries de la côte américaine du Golfe ont interrompu environ un tiers de leur production d'essence et de diesel à l'approche de la tempête, mais l'impact sur le marché a été relativement modéré.

Le rééquilibrage du marché du pétrole a fortement ralenti après le blocage de la demande dû à la propagation du coronavirus et la reprise de la production de brut, selon un rapport de Goldman Sachs Group. Néanmoins, le prix du Brent pourrait remonter à 64 dollars le baril d'ici le troisième trimestre de l'année prochaine, à mesure que les vaccins deviendront largement disponibles, contribuant à soutenir la croissance mondiale et la consommation d'or noir.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !