Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 06/04/2020 à 14h45 Ose Immuno -0,24% 4,190€
  • OSE - FR0012127173
  •   SRD
  • PEA
  • PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

OSE Immunotherapeutics : nouvelles données précliniques

OSE Immunotherapeutics : nouvelles données précliniques
OSE Immunotherapeutics : nouvelles données précliniques

(Boursier.com) — OSE Immunotherapeutics a présenté des nouvelles données sur sa plateforme BiCKI à l'International Cancer Immunotherapy Conference qui s'est tenue à Paris du 25 au 28 septembre. La présentation portait sur une thérapie bispécifique innovante développée par la Société pour lutter contre les mécanismes de résistance primaire et secondaire aux traitements par inhibiteurs de points de contrôle. Les anticorps de la plateforme BiCKI sont construits autour d'une ossature centrale anti-PD-1 (OSE-279), choisie pour sa capacité de bio-production optimisée. La première cytokine sélectionnée pour être associée à l'anti-PD-1 dans l'anticorps bispécifique est l'interleukine-7 (IL-7), qui a déjà démontré une amélioration des fonctions immunitaires et de l'efficacité antitumorale de l'immunothérapie.

"Nos données valident le potentiel thérapeutique d'un traitement spécifique innovant qui associe un anti- PD-1 et une cytokine IL-7 pour combattre les mécanismes de résistance primaire et secondaire aux inhibiteurs de points de contrôle. Tout comme Tedopi, combinaison de néoépitopes en Phase 3 dans le cancer du poumon avancé, BiCKI IL-7 s'adresse à une population de patients en échappement immunitaire aux traitements par inhibiteur de point de contrôle dont le besoin clinique est très important", ajoute Alexis Peyroles, Directeur général d'OSE.

Le poster, intitulé : 'A novel bifunctional anti-PD-1 /IL-7 fusion protein potentiates effector function of exhausted T cell and disarms Treg suppressive activity', montre que le bifonctionnel anti-PD-1/IL-7 d'OSE immunotherapeutics modifie l'équilibre immunitaire en faveur des cellules T effectrices en stimulant les fonctions de ces cellules et en désarmant les cellules T régulatrices.

Les inhibiteurs de points de contrôle sont aujourd'hui considérés comme le nouveau standard de traitement d'un certain nombre de cancers. Néanmoins, leur efficacité reste limitée chez un pourcentage élevé de patients dont certains, initialement répondeurs, peuvent développer une résistance à ces traitements et présenter une rechute de la maladie. La stimulation chronique des lymphocytes T au sein de la tumeur entraîne un état d'altération fonctionnelle défini comme un épuisement des lymphocytes T. Par ailleurs, il est important de désarmer les cellules T régulatrices (Tregs) car elles atténuent la réponse antitumorale.

©2019-2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !