Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 26/11/2020 à 17h38 Orange +1,20% 10,535€
  • ORA - FR0000133308
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Orange : l'avenir des pylônes en question

Orange : l'avenir des pylônes en question
Orange : l'avenir des pylônes en question
Crédit photo © Orange

(Boursier.com) — Dans les télécoms, les marchés n'ont d'yeux que pour eux. On ne parle pas ici des réseaux 5G ou des derniers iPhones mais bel et bien des pylônes. Si Cellnex fait les gros titres depuis plusieurs mois en multipliant les achats de tours de téléphonie mobile à travers l'Europe, certains grands opérateurs se demandent comment profiter de cet engouement sans céder ces actifs dont la valeur explose. Dans un entretien accordé au 'Financial Times', Stéphane Richard évoque ainsi la possibilité de s'associer à d'autres opérateurs afin de créer un champion paneuropéen des tours de téléphonie mobile.

Le directeur général d'Orange se dit "ouvert d'esprit" quant à l'avenir de la division pylônes de l'opérateur, que les analystes évaluent à environ 10 milliards d'euros, et qui est en train d'être scindée en une société distincte pour tenter de débloquer la valeur des tours. La scission de l'activité aidera Orange à "voir à quel jeu nous voulons jouer", affirme le dirigeant. Jumeler les 59.000 tours d'Orange avec celles de Vodafone ou de Deutsche Telekom serait une "opportunité intéressante" à l'avenir, bien que cette possibilité ne soit actuellement pas en discussion.

Pour S.Richard, "il y a quelque chose de plus intelligent à faire que de simplement vendre vos tours à Cellnex". Cependant, le patron d'Orange reconnaît qu'il y a "un écart incroyable dans les valorisations" entre les sociétés d'infrastructures comme Cellnex et les opérateurs télécoms, ce qui oblige ces derniers à s'adapter. Orange a été lent à agir, admet le dirigeant, qui souligne que le groupe définira sa stratégie pour l'activité en question lorsqu'il publiera ses résultats annuels en février.

Plus globalement, S.Richard s'attend à une consolidation plus poussée du secteur des télécoms en Europe. Il cite notamment la Belgique et l'Espagne comme pays où de futures opérations pourraient avoir lieu, particulièrement de l'autre côté des Pyrénées où le plus petit acteur, MásMóvil, a été racheté en juin par un trio de sociétés de capital-investissement pour 5 milliards d'euros. Orange, qui pourrait participer à ce mouvement, a annoncé il y a quelques semaine le rachat d'une participation majoritaire dans Telekom Romania Communications pour une valeur d'entreprise de 497 millions d'euros.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !