»
»
»
»
Consultation
Cotation du 14/12/2018 à 17h35 Oeneo -1,21% 8,990€
  • SBT - FR0000052680
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Oeneo : verre à moitié plein !

Oeneo : verre à moitié plein !
Oeneo : verre à moitié plein !
Crédit photo © Seguin-Moreau

(Boursier.com) — Oeneo bondit de 4,9% ce vendredi à 8,55 euros, sur un marché qui préfère voir le verre à moitié plein. Le groupe a fait état hier soir de comptes semestriels mitigés, mais affiche sa relative confiance dans l'avenir. Le chiffre d'affaires enregistre sur ce semestre une croissance de +3,6% à 130 ME (+1,5% à périmètre comparable). La poursuite de la croissance dynamique en Bouchage, toujours soutenue par les gains de parts de marché des bouchons Diam, a permis de compenser le recul saisonnier de la Division Elevage, en raison d'une campagne plus tardive et d'un décalage de commandes au second semestre touchant certains secteurs d'activités.

Le résultat opérationnel courant du 1er semestre ressort à 18,1 ME, en baisse de 7,7 ME, soit une marge opérationnelle courante de 13,9%, conforme aux dernières anticipations annoncées le 05 novembre 2018. La rentabilité, toujours largement bénéficiaire, a été fortement impactée, en Bouchage, par une hausse brutale du prix du liège à des niveaux jusqu'alors jamais atteints et par la saisonnalité défavorable en Elevage. La bonne gestion des coûts de fonctionnement globaux a permis de compenser partiellement ces évènements temporaires défavorables. Le résultat net s'élève à 12,3 ME sur le semestre clos, soit une baisse de 4,4 ME. Par ailleurs, les activités abandonnées, toujours en cours de cession, ont généré une perte nette de 1,5 ME.

Grâce aux actions initiées pour absorber la hausse de la matière première en Bouchage et grâce à un niveau d'activité nettement plus favorable au second semestre en Elevage, le groupe Oeneo estime qu'il devrait retrouver dès le second semestre une rentabilité opérationnelle courante plus conforme à ses standards et combler ainsi "une partie du retard pris au premier semestre". La génération de cash-flow, traditionnellement plus forte sur le second semestre, devrait permettre également une réduction du taux d'endettement net à la fin de l'exercice.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com