Accueil
»
Bourse
»
Actions New-York
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 22/09/2020 à 22h30 Nvidia +0,96% 505,51$
  • NVDA - US67066G1040
  •   PEA
  • + Ajouter à : Mes Listes

Nvidia bouleverse le marché des mobiles en rachetant Arm

Nvidia bouleverse le marché des mobiles en rachetant Arm
Nvidia bouleverse le marché des mobiles en rachetant Arm
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — C 'est une véritable révolution qui s'annonce dans le monde des technologies mobiles. Le géant américain des processeurs et cartes graphiques Nvidia, va acquérir le groupe britannique Arm Holdings, leader de la conception de puces pour mobiles, qui était détenu depuis 4 ans par le fonds d'investissement japonais Softbank.

Une opération de 40 milliards de dollars

L'opération, annoncée lundi et saluée à Wall Street par un bond de l'action Nvidia (+5,5% en séance), est exceptionnelle à plusieurs titres. D'une part, sur le plan financier, il s'agit de la plus grosse acquisition jamais réalisée dans le secteur des semi-conducteurs (ou puces), qui sont les composants de base de tous les appareils électroniques. Nvidia va ainsi débourser 40 milliards de dollars pour acheter Arm, que Softbank avait acquis pour 32 Mds$ en juillet 2016. Dans le détail, Nvidia paiera à SoftBank 21,5 Mds$ en actions et 12 Mds$ en numéraire, dont 2 Mds$ à la signature de la vente.

Sur le plan industriel, il s'agit en outre d'un coup de maître, car Arm fournit l'architecture des puces pour mobiles à la quasi-totalité des acteurs du secteur de la téléphonie mobile et des tablettes, à commencer par Apple, Samsung ou Qualcomm, ainsi que chinois Huawei. Ensemble, les deux concepteurs de processeurs informatiques deviennent un poids-lourd du secteur, prêts à partir à l'assaut de l'intelligence artificielle et des possibilité bientôt offertes par la 5G.

Leur rapprochement pourrait cependant susciter des inquiétudes monopolistiques... En attendant les décisions des nombreuses autorités de la concurrence (Etats-Unis, Royaume-Uni Chine et UE), Nvidia dit espérer compléter l'opération d'ici à 18 mois, en mars 2022.

Des licences ouvertes, vendues avec un gage de neutralité

Les produits construits autour d'une architecture ARM sont inclus dans tous les objets électroniques du quotidien : smartphones, tablettes, objets connectés, vélos, console Nintendo Switch, etc. Apple a notamment annoncé au milieu de l'année l'abandon des puces Intel au profit de ses propres puces Apple Silicon, basées sur l'architecture ARM. Les iPhones d'Apple sont conçus autour de cette architecture, ainsi que les prochains MacBook. Nvidia lui-même est client d'Arm, qui a conçu l'architecture de son processeur Nvidia Tegra. Le Tegra est utilisé notamment dans la console la Nintendo Switch, et dans l'automobile (Audi et Volkswagen).

L'originalité d'Arm (qui conçoit mais ne produit pas ses puces) est de vendre des licences ouvertes à ses clients en observant la neutralité. Ce "business model" sera strictement maintenu, assure Nvidia, qui ne compte pas absorber la compagnie Arm, dont le siège britannique restera à Cambridge, où les deux géants de la "tech" prévoient d'implanter un centre de recherche avancé, en vue de concevoir un superordinateur basé sur les technologies ARM. De son côté, ARM va pouvoir profiter des technologies développées par Nvidia et de son attractivité pour accompagner sa croissance.

Des ambitions dans l'intelligence artificielle

Avec cette acquisition Nvidia, surtout connu pour ses processeurs graphiques, entend se placer parmi les leaders des technologies du futur, et en particulier de l'intelligence artificielle, en combinant son savoir-faire aux puces mobiles d'Arm. Ensemble, les deux groupes pourraient se tailler une place de choix dans le développement des voitures autonomes, de l'internet des objets et aussi dans la 5G. "Nous allons combiner les capacités de nos deux sociétés pour créer quelque chose d'encore mieux destiné à nos clients et à nos utilisateurs", promet Jensen Huang, le fondateur et directeur général de Nvidia.

Concernant le maintien des activités d'Arm au Royaume-Uni, M. Huang a déclaré que "nous voulons faire croître Arm et le rendre encore plus important". "Le gouvernement britannique va se rendre compte que nous faisons un investissement très important au Royaume-Uni", a-t-il ajouté.

En revanche, le cofondateur d'Arm, Hermann Hauser, a durement critiqué la vente du groupe en estimant que c'était un "désastre", qui allait détruire le modèle d'entreprise du groupe britannique... "C'est un désastre pour Cambridge, le Royaume-Uni et l'Europe", a-t-il déclaré à l'agence 'Reuters'. "C'est la dernière entreprise technologique européenne de dimension mondiale et elle est vendue aux Américains", s'est-il insurgé.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !