»
»
»
»
Consultation
Cotation du 14/12/2018 à 17h35 Natixis -1,79% 4,547€

Natixis : 4ème trimestre consécutif dans le rouge

Natixis : 4ème trimestre consécutif dans le rouge

Ce sera finalement 1,839 Milliard d'Euros de pertes ! Quand les autres établissements bancaires se redressent au 1er trimestre, [FR:FR0000120685]Natixis[:FR] poursuit sa descente aux enfers. La banque d'investissement filiale des Caisses d'Epargne et des Banques Populaires a encore déçu, en dévoilant hier soir ses résultats pour les trois premiers mois de l'année. On pourra toujours prétexter que ces lourdes pertes sont dues à une perte de 1,9 MdE dans la structure de cantonnement et que le "résultat net courant" des activités pérennes est positif à 214 Millions d'Euros, ces chiffres laissent une fois encore un goût amer dans la bouches des petits actionnaires.

Mais la soupe à la grimace doit également être partagée par les deux gros actionnaires de l'établissement, en cours de fusion, qui ont dû injecter à nouveau 3,5 MdsE dans la structure pour en assurer la solvabilité, dont 1,5 MdE sous forme d'avance d'actionnaires et 2 MdsE sous forme de "TSSDI" (Titres super subordonnés). De quoi permettre au ratio "Tier One" de se fixer à 9,4%. Cependant hors soutien, le ratio Tier One ressort à 6,9% au 31 mars 2009, et le ratio Core Tier one à 4,6%. Notons que l'apport d'argent frais s'inscrit dans le cadre de la constitution du nouveau groupe auquel l'Etat a confirmé l'apport de 5 MdsE, dont 2 MdsE avant le 30 juin compte tenu de l'état d'avancement du projet de rapprochement.

L'actif net comptable par action s'élève à 4,68 Euros pour un nombre d'actions égal à 2 908 137 693 (dont 12 764 700 actions autodétenues).

Hier soir la BFBP, la CNCE, et ses actionnaires de référence ont réaffirmé à [FR:FR0000120685]Natixis[:FR] leur soutien afin de permettre à la banque de financement, d'investissement et de services de continuer à bénéficier de ratios de solvabilité élevés. Les 3,5 MdsE injectés amélioreront le ratio de solvabilité de la banque et devrait permettre à Natixis "de faire face à l'environnement économique dégradé que connaît actuellement le secteur bancaire, et de disposer des ressources nécessaires pour exécuter et accélérer son plan de transformation et de réduction des risques".

Le patron du nouvel ensemble, François Pérol, a estimé dans un entretien publié ce matin par 'Les Echos' qu'"il n'y a pas de raisons de considérer aujourd'hui que cet apport ne sera pas suffisant pour faire face à un nouveau risque de dépréciations". Le dirigeant estime cependant qu'"il est encore trop tôt pour dire si les dépréciations sont terminées (pour Natixis). Cela dépendra essentiellement de la poursuite ou non de la dégradation de la conjoncture et notamment d'un certain nombre de marchés auxquels notre portefeuille d'actifs cantonnés est exposé, notamment l'immobilier résidentiel et commercial américain".

La perte nette de 1,839 MdE, annoncée hier soir par Natixis, signe le 4ème trimestre consécutif de pertes pour la banque d'affaires. Cette perte est trois fois supérieure à celle attendue en moyenne par les analystes.

Partenaires de Boursier.com